Comment me faire appeler par mon BF ?

Le nom est bien souvent révélateur de l’état de la relation entre un enfant et son beau-parent.

Comment me faire appeler par mon BF ?

publié le 14 juin 2013 par Fanny Pradier
Un nom ce n'est pas rien, ce n'est pas anodin, et souvent révélateur de l’état de la relation entre BF et nous, beau-père ou belle-mère. Alors comment le choisir ? Et peut-on le choisir ? Entretien avec Agnès de Viaris, psychologue à Paris et spécialiste des problématiques familiales. Pour elle, le nom définitif s’adopte avec le temps, car il faut avant tout apprendre à se connaître et à s’accepter...

Par quel nom me faire appeler par mon beau-fils ou ma belle-fille ? Est-ce une évidence ?

Il n’y a pas vraiment de nom qui s’impose d’emblée. Cela dépend des heures, des jours, des mois, des années passées ensemble, de l’étape de la relation.

Dans un premier temps on est en phase de recomposition. Rien n’est figé puisqu’on se découvre dans l’intimité de la vie quotidienne. Durant cette période, tout le monde a un deuil à faire. Le déni de l’un rencontre la colère de l’autre. L’un parle de la souffrance de ne pas voir ses parents ensemble, alors que l’autre parle de la souffrance du couple qui ne pourra jamais être construit de manière simple.

C’est un fait, on n’est pas d’emblée une famille recomposée. De même on n’est pas d’emblée un beau-parent ou un bel-enfant, on le devient.

Y a-t-il une bonne ou une mauvaise façon de se faire appeler ?

Non, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de nommer le beau-parent. Il n’y a que ce qui s’est imposé avec le temps de façon naturelle. Et dans les façons “naturelles” de nommer son beau-parent, le prénom figure en bonne place. Parce qu’il est neutre et qu’il empêche de s’embarquer dans d’autres registres.

Cependant l’usage du prénom est parfois moins évident quand l’enfant est tout petit. Un parent est un “N+1” vis-à-vis de l’enfant et doit le rester. Le beau-parent assume une fonction parentale, même si ce n’est pas celle des parents. Donc l’usage du prénom ne doit pas annuler la frontière des générations.

Concrètement, est-ce grave d’être appelé Papa ou Maman ?

Il peut arriver exceptionnellement qu’un enfant ait “Maman” et “Maman Julie”, par exemple, et que ça fonctionne de cette manière. Si la distinction est bien expliquée à l’enfant, qu’elle ne génère pas de conflit chez les adultes, et fait  consensus autour de l’enfant, alors cela peut se vivre naturellement par l’enfant. Dans ces cas-là en effet, le terme « maman » n’entraîne pas de confusion.

Mais c’est exceptionnel et délicat. Dans les couples hétérosexuels il y a un père et pas deux. Il y a une mère et pas deux. Il vaut mieux éviter la confusion. L’importance est la distinction des places et rôles de chacun autour de ces deux fonctions de maman ou de papa. Et là, il ne faut pas laisser l’ombre d’une équivoque.

Qui choisit le nom ?

C’est l’enfant qui mettra le parent  sur la voie pour choisir un nom qui convienne à tous. Mais il arrive que les adultes qui l’entourent n’aient pas le recul nécessaire pour discerner ce qu’ils ont vraiment envie d’entendre de ce qui est bon pour l’enfant. Dans les faits, il y a des circonstances où l’enfant choisit naturellement comment il va appeler son beau-parent. Dans d’autres cas il l’appellera, consciemment ou pas, d’une façon imposée.

Dans certains cas, un des parents peut vouloir manipuler inconsciemment : il peut dire que ça lui ferait plaisir que l’enfant appelle son beau-parent d’une certaine façon : “Papa”, “Maman”, “Henri” ou “Juliette”. Face au désir de ce parent qui est peut-être en souffrance, l’enfant a souvent envie de faire plaisir et de céder. Il sera alors forcé, sans s’en rendre compte, d’appeler son beau-parent comme son père ou sa mère a envie qu’il l’appelle.

Comment les enfants de familles recomposées appellent-ils leur BP à l’extérieur ?

Il est fréquent qu’un enfant, en-dehors de chez lui, fasse en fonction de l’interlocuteur. S’il n’a pas envie de dire qu’il habite avec son beau-père ou sa belle-mère parce que c’est quelque chose d’intime, il peut dire “chez mes parents”. L’enfant va ainsi simplifier les choses volontairement. Il peut aussi dire à un copain “Je suis chez mon père” en sachant qu’il est aussi chez sa belle-mère. Mais quand il dit cela, il ne nie pas forcément la présence de sa belle-mère. Peut-être met-il alors en avant le terme commun et universel bien reconnu socialement « chez mon père » plutôt que « chez mon père et ma belle-mère », qui le place moins dans la norme et trop dans le déballage de sa vie personnelle.

Enfin, si la recomposition est intégrée et que la famille s’est transformée en famille recomposée, qu’il y a des gens en face qui peuvent comprendre, ils diront “mon beau-père” ou “ma belle-mère”. Tout dépend de qui écoute et peut-être implicitement de la capacité d’ouverture de cet interlocuteur.

Et les enfants de nos beaux-enfants, comment nous appellent-ils ?

Quand le beau-parent devient “beau”-grand-parent, il est simplement “grand-père” ou “grand-mère”. Il y a une variété importante de mots pour le désigner (Papy, Mamie, Papé, Mamé, Mamita, Pépé de Paris etc). Enfin, les enjeux sont moins grands qu’entre un enfant, son parent et son beau-parent.

À lire : Familles recomposées, Guide de premier secours pour une vie harmonieuse, d’Agnès de Viaris, aux éditions Carnet de l’info, 2011, 13,90 euros.

crédits allyrose18/cc

2 Réponses

  1. tidou dit :

    Mon beau-fils m’appelle par mon prénom.
    (pour rappel, ça fait longtemps que je ne suis venue sur le site : mère décédée, 6ans et rapports conflictuels, mariée et maman depuis bientôt un an)
    Quand je vais le chercher à l’école et que ses camarades de l’étude lui disent ta mère est là, il répond : c’est pas ma mère, ma mère est morte, c’est personne ou c’est rien!
    Je réponds que je suis la mère de sa soeur ou je quitte la classe…

  2. mamie k dit :

    Mon beau-fils m’appelle TATIE , c’est lui qui l’a choisi quand il était tout petit (2ans) il ne m’a jamais appelé par mon prénom, des fois il m’appelle maman mais je le reprend (je ne veut pas de problème avec sa mère on a une bonne entente pas besoin de tout gâché ), Alors des fois en rigolant il me dit je vais t’appeler « BELLE-MAMAN » je lui dis qu’il m’appelle comme il veut c’est a lui de choisir… Mais le TATIE revient toujours …

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !