« Ma famille recomposée » : entretien avec Elodie Cingal

Interview d’Elodie Cingal, psychothérapeute et auteure de « Ma famille recomposée »

« Ma famille recomposée » : entretien avec Elodie Cingal

publié le 10 juin 2013 par Fanny Pradier
Elodie Cingal est psychothérapeute et auteure de "Ma famille recomposée". Son livre décrit ce nous vivons en famille recomposée, les étapes que nous traversons vers une harmonie tant désirée. Avec un message clé : ne vous découragez pas ! Nous l'avons rencontrée. Nous lui avons posé quelques questions. Dans cet entretien elle revient sur son message d'optimisme et sur les challenges des familles recomposées.

Ce sont ses expériences professionnelle et personnelle qui ont menée Elodie Cingal vers une importante réflexion sur le vécu des familles recomposées. Belle-fille, puis belle-mère, en enfin psychothérapeute, elle a aussi été bénévole dans une association qui défend les droits des pères à la résidence alternée.

« Oui, il y a des conflits de loyauté. Mais il existe aussi des solutions ! »

J’ai voulu ce livre le plus compréhensible possible, que n’importe qui le lise s’y retrouve, et que ce soit simple !

Pour ma part, je suis épanouie dans mon rôle de belle-mère. J’ai des beaux-enfants qui m’adorent et que j’adore. Ils avaient un an et demi et trois ans et demi quand je les ai connus. Le papa a du un jour s’absenter pendant 5 mois pour son métier, c’est moi qui ai honoré tous les droits de visite, toutes les vacances, etc. C’est un bonheur.

Je ne pourrais jamais dire que ce sont mes enfants parce qu’il n’y a pas de lien de sang. Mais je n’ai pas besoin d’un lien de sang avec ces enfants pour transmettre des choses, donner et recevoir. On n’est pas là pour se substituer à la mère ou au père. Mais on est un co-parent à part entière.

Oui, il y a des conflits de loyauté, qui peuvent blesser un couple ou une famille. Mais il existe aussi des solutions. J’avais en tête un livre qui donne de l’espoir. Car ne parler que des choses douloureuses va contribuer à décourager la personne et la bloquer dans un état. J’avais envie de trouver des solutions, même si elles ne sont pas forcément applicables par tous, car le conflit de loyauté n’est pas le même d’une famille à l’autre. Il s’agissait de donner des pistes et de se dire que l’on n’est pas figé. Ce qui m’intéressait, c’était d’être optimiste.

Je constate surtout beaucoup d’erreurs dans la famille recomposée, comme la précipitation, l’envie de nommer trop vite un beau-parent, l’envie de se rassurer auprès des enfants alors que l’enfant n’a pas à rassurer le parent sur ce qui est bien ou pas bien. Ou encore l’envie d’exclure l’ex en se disant que c’est nécessaire pour que le nouveau conjoint prenne sa place. Tout cela ne fait que compliquer la famille recomposée. Je voulais montrer des erreurs à éviter.

« La famille recomposée se réussit s’il y a une bonne gestion de la séparation »

L’harmonie dans une famille recomposée, c’est faisable ! J’y crois, oui. Et heureusement, sinon il y aurait de quoi pleurer. Il existe de très belles familles recomposées.

La famille recomposée se réussit s’il y a une bonne gestion de la séparation. Quoiqu’il arrive on ressent de la colère pendant la séparation, car la colère est plus facile à gérer que la tristesse. Mais ce sentiment empêche de faire le deuil, et force à créer un lien destructeur avec l’ex.

Concernant les beaux-parents qui ont du mal à accepter certaines relations avec l’ex : ils doivent parvenir à se dire que l’ex n’est pas menaçant.

Le débat public autour des familles recomposées, en filigrane dans les questions de société actuelles

Le débat public n’a pas forcément besoin d’être lancé, de fait il existe déjà, surtout en ce moment avec ces “papas-grues” et le mariage pour tous. Il est juste en filigrane. Je pense que l’on va vers une refonte totale de la famille, parce que tout évolue plus vite que l’Etat ou la justice. Le débat existe déjà, en marge du mariage pour tous, par exemple. Les questions liées aux familles recomposées ont un peu tendance à être éclipsées, mais ce débat n’a pas besoin d’être provoqué, il va apparaître.

« Les familles recomposées ne se débrouillent pas si mal ! »

Je ne pense pas que les familles recomposées aient besoin d’une aide spécifique ou nouvelle : elles ne se débrouillent déjà pas si mal ! Je pense cependant qu’il n’y a pas assez d’information ou d’éducation sur ce thème.

Mais si je voulais aider ces familles je commencerais par apprendre aux parents à être des parents. On n’est jamais un “bon” parent, parce qu’on réagit à un enfant et un environnement. Mais je trouve pour ma part qu’il y a beaucoup de failles d’un point de vue parental. Donc je pense que si on veut aider les familles recomposées, il faut aussi aider les parents.

Je dis que quand on est un beau-parent on a une vraie place dans la famille. Mais il faut accepter le fait qu’on est un second chef et pas le chef, que l’on n’est pas décisionnaire. On a une vraie place mais on ne choisit pas forcément les modalités, ou comment sera le contact avec l’enfant.

Pour ou contre un statut du beau-parent ? Difficile de trancher.

Je n’arrive pas à me décider. Au nom de quoi je légifère ? Un juge va se trouver tiraillé entre deux choix : favoriser le lien d’amour entre le beau-parent et l’enfant ou préserver l’enfant de tous ces allers-retours (maman , papa et beau-parent) et de la déstabilisation que cela va occasionner. Je trouve ce sujet tellement complexe.

Et puis on met aussi trop souvent dans le même panier le beau-parent et le parent dans un couple homosexuel. On devrait pouvoir les différencier pour légiférer. Un enfant qui ne connaît que ses deux parents du même sexe devrait, quoiqu’il arrive, pouvoir continuer à voir les deux. Un beau-parent comme moi qui a été un coparent très présent devrait pouvoir également voir ses beaux-enfants. Mais il devrait y avoir une autre loi, pas la même.

Retrouvez notre article sur « Ma famille recomposée« , d’Elodie Cingal.

crédits Elodie Cingal

3 Réponses

  1. celou dit :

    Je l’ai lu, j’allais même en parler sur le forum! J’ai trouvé ce bouquin très mesuré, avec de bons conseils pour dénouer les conflits!
    Malheureusement, il faut aussi composer avec des personnalités devenues pathologiques, et les conflits restent parfois ancrés faute de pouvoir communiquer avec ces personnes. C’est bien regrettable pour les enfants.

  2. pilou dit :

    J’ai acheté ce livre mais je suis un peu déçue. Moi qui espérait trouver un livre de conseils pour les BM, je suis restée sur ma faim. Le livre est plutôt à l’attention des parents qui se séparent et d’ailleurs, 1/3 du livre traite de la séparation.
    Bref, je cherche encore….

    • Nany75015 dit :

      Bonjour Pilou, je suis BM et aussi journaliste.
      C’est mon vécu de Bm qui m’a pousser à réaliser un documentaire sur la « gestion des conflits » dans le cadre de la construction d’un nouvelle famille (en l’occurrence « une famille recomposée)
      L’idée est de se pencher concrètement sur les questions que se posent les BM au sujet des conflits et de la quête de réussir (apaiser les tensions un maximum) sa famille recomposée. J’aimerai en savoir plus sur ton histoire.
      Serais-tu d’accord pour en discuter en privé?
      Voici mon mail: contacterfanny@gmail.com
      Fanny

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !