Vacances en famille recomposée : ce qu’il vaut mieux éviter

Quelques conseils pour passer un bon séjour avec les beaux-enfants, par une psychothérapeute et auteure spécialiste des affaires familiales.

Vacances en famille recomposée : ce qu’il vaut mieux éviter

publié le 9 avril 2013 par Elodie Cingal
Les premières vacances avec ses enfants, une occasion pour nous rapprocher, pour apprendre à nous connaître ! Et bien, pas tant que cela. Les premières vacances en famille recomposée sont jalonnées de pièges et peuvent se transformer en cauchemar si nous ne nous méfions pas de quelques travers.

1/ La durée des vacances

Si le BP connait les enfants depuis quelques mois et que la relation s’est déjà construite relativement sereinement, on a déjà une idée de l’ambiance à venir. On peut alors organiser des vacances sur de longues périodes comme 2 ou 3 semaines. En revanche, partir de l’idée que c’est l’occasion de faire connaissance tend à fragiliser la prise de contact. L’enfant n’est pas forcément prêt à accepter le BP durant les vacances. Dans sa tête, c’est avant tout l’occasion de profiter de son parent dans des conditions de disponibilité et de joie ! Le BP prend du temps et de la place et lui vole donc de sa relation privilégiée. Des vacances d’une semaine pour les prises de contact sont donc plus appropriées. L’enfant sait que le reste du temps il aura son parent pour lui tout seul et il prendra moins le BP comme un voleur !

2/ Le choix du lieu est essentiel

L’enfant quel que soit sont âge doit pouvoir s’isoler si la situation lui est pesante. Si c’est un ado, il trouvera d’autres copains pour aller respirer avec eux. Si c’est un enfant, il devra pouvoir s’enfermer dans sa salle de jeux (chambre, coin dans le jardin…) pour ne pas avoir à subir en permanence une situation qui le dépasse !

3/ Le couple se débrouille pour avoir du temps pour lui

Le BP sera forcement angoissé. Il pense que si les enfants ne l’aiment pas, c’est tout leur avenir qui est remis en question. Il est donc important que régulièrement, le parent rassure le BP, en passant du temps avec lui, quelque soit la qualité des relations avec les enfants.

4/ Le parent se débrouille pour avoir du temps avec son enfant

Même si les vacances sont de courtes durées, il est important que le parent passe du temps seul avec ses enfants. Ils seront alors rassurés sur leurs places privilégiées et prioritaires dans le cœur du papa ou de la maman.

5/ On privilégie les activités ensemble pour les enfants

Ce sont des vacances en famille, donc on fait autour des enfants ! Même si j’ai toujours rêvé d’aller au musée d’Orsay, je vais visiter la tour Eiffel parce que les enfants le préfèrent ! Ces vacances sont faites pour la famille, pas pour moi seul(e) ! On joue à des jeux de société, on fait des châteaux de sable, on joue au ballon. Ces 1ères vacances sont faites pour mieux connaitre les enfants, pas pour me faire plaisir !

6/ Un ado boude quoiqu’il arrive !

Il est plus difficile de recomposer sa famille lorsque l’enfant est ado. Il boudera probablement, sûrement ! Il s’agit donc de ne pas le prendre personnellement et laisser le parent gérer la situation. Le BP aura tendance à penser qu’il en est le responsable. Or… un ado boude !

7/ On favorise la relation à l’autre parent

Il est important, même si ce sont les premières vacances ensemble, de favoriser les relations avec le parent absent. Le BP a l’occasion ici de prouver à l’enfant qu’il ne cherche pas à prendre la place de ce parent. Il peut par exemple aider l’enfant à choisir des cartes postales pour le parent, participer au choix du petit cadeau… Le BP doit (même si cela lui est souvent difficile) ne pas pincer la bouche ou se replier ou en faire plus quand l’autre parent appelle. Au contraire, il doit rester le/ la même.

8/ On fait confiance au BP quand il signale un problème

Le BP a un œil neuf sur les enfants. Il est donc capable de souligner des signes inquiétants au parent. Le BP subit également (parfois) des représailles en cachette du parent. Le parent doit donc faire confiance au BP et ne pas s’opposer automatiquement. Le BP a le même but, recomposer une famille. On encourage donc la communication, même difficile, plutôt que le déni ou le rejet.

9/ Le BP n’a pas fonction d’autorité, pas encore !

Le BP doit se tenir à l’écart quant à l’autorité. Seul le parent est responsable de l’enfant. Il lui conférera au fur et à mesure des vacances et des rencontres suivantes une autorité. Mais au début, le BP reste à sa place, il est l’amoureux(se) de papa ou maman.

10/ Deux fratries se rencontrent

Il n’y a pas de formule pour faire que deux fratries puissent s’aimer. Les facteurs de sexe et d’âge n’influencent pas. Organiser des activités ensemble favorise les relations mais ne garantissent pas l’affection. Seuls le temps et la patience aideront !

 

Retrouvez Elodie Cingal sur son blog
crédit fotoizm/cc

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !