Dans la peau d’une belle-mère qui veut un bébé

Qu’est-ce qui se passe dans la tête et dans la vie d’une belle-mère sans enfant qui a envie d’avoir un bébé ?

Dans la peau d’une belle-mère qui veut un bébé

publié le 1 juin 2012 par Dominique Devedeux
Même les belles-mères ont envie d’avoir un bébé à elles. Surtout quand elles n'ont pas encore. Les enfants que leur chéri leur a amenés dans sa hotte ce n’est pas pareil. Ce ne sont pas les leurs. Un jour, enfin cela arrive. Qu'est-ce qui se passe dans leur tête ? Comment vivent-elles (généralement bien sûr) ce projet de grossesse ? Bienvenue dans la peau d'une belle-mère qui veut un bébé.

Le projet bébé se négocie souvent, parfois longtemps

Parce que s’installer avec son chéri-déjà-père c’est parfois compliqué… Il faut trouver un lieu de vie un peu plus grand pour caser ses enfants. Il faut parfois aussi attendre une promotion pour gagner un peu plus d’argent. Il faut attendre le bon moment où les enfants de chéri seront dans les meilleures dispositions pour accueillir la nouvelle. Il vaut mieux attendre le printemps, ou qu’il arrête de pleuvoir… Et puis « ce sera mieux l’année prochaine »…

Donc, souvent la jeune belle-mère attend, un peu, beaucoup avant de mettre en route son bébé à elle. Et elle trouve que c’est trop long. Parce que pendant qu’elle attend, son horloge biologique la titille et fait inexorablement tic tac, tic tac !

Puis un jour, finalement cela arrive

Après un long travail au corps et au mental de son chéri, au prix d’interminables discussions, de suppliques, de larmes, de menaces, et diverses bouderies : Enfin, ce jour-là arrive. Elle a frénétiquement fait quatre tests de grossesse dans la journée, au bureau, à la maison, en faisant un arrêt pipi chez sa mère et sa meilleure copine. Cette fois ça y est, elle en est sûre, la petite graine a enfin germé. Elle saute au plafond, au cou de son mec, au cou de tous ceux qu’elle croise. C’est le bonheur absolu ! Elle en rêvait tellement, ça y est, elle va avoir leur bébé !

Quelques mois passent, elle est toute à la joie d’être enceinte, et s’émerveille jour après jour de découvrir les minis changements de son corps, de sonhumeur, de sa perception des choses de la vie. Elle plane sur le petit nuage de son bonheur tout neuf, plus rien n’existe que ce bébé qui se fabrique doucement, son ventre qui s’arrondit, et cet état de grâce qui lui donne l’impression d’être la première femme du monde à attendre un bébé.

Pourtant, une ombre bizarre assombrit son euphorie

Chéri ne semble pas aussi enthousiaste qu’elle. Il ne s’extasie pas assez sur la première échographie, ni sur les premiers petits coups de pieds. Il ne passe pas son temps l’oreille collée à la peau de son ventre. Il n’est pas gaga quoi !

Ben oui, il a déjà connu tout ça Chéri, avant elle. Il n’en est plus à son premier bébé lui, il en a déjà un, ou 2, ou 3 ! Alors forcément il plane moins haut. Il est passé pro en matière de bébé, un peu blasé, alors que la jeune belle-mère est une débutante, exaltée, débordante d’enthousiasme. Lui ne peut pas faire comme si c’était la première fois. Il y a un vrai décalage.

La belle-mère se retrouve un peu seule, avec son bonheur tout neuf. Elle espérait que tout se partagerait avec son Chéri, elle est déçue, se sent un peu trahie. Mais elle va se cramponner, se concentrer sur son bébé et son nombril, et ne surtout pas gâcher son plaisir. Na !

 

Alors, messieurs les papas, ce portrait de belle-mère qui veut un bébé vous rappelle-t-il quelqu’une ? Et vous BM qui n’aviez pas encore d’enfant, comment avez-vous vécu votre première grossesse ?

 

 crédit photo piulet/cc

8 Réponses

  1. klea dit :

    Beaucoup de « moments volés » et de joies non partagées pendant MA première grossesse qui n’était pas la première pour lui. Mais il a pleuré de bonheur à la naissance en tenant sa fille dans ses bras, il a été ému aux échos et il a adoré toucher mon ventre…

    Chez nous le décalage n’était pas dans le vécu de la grossesse mais dans le « devenir parent » : il pensait tout savoir, moi je voulais tout apprendre, on n’était donc jamais d’accord et en plus on n’avait pas du tout la même vision des choses. Au final, les six ans qui séparent son fils de notre fille lui ont permis de considérer qu’il reprenait tout à zéro. Ouf.

    Par contre ce qui m’énervait (et j’ai exigé qu’il arrête tellement c’était lourd), c’est qu’il comparait (son fils avait cela à tel âge, pas notre fille ; son fils avait tel jouet, pas notre fille ; notre fille avait tel jouet et pas son fils au même âge ; son ex donnait le biberon, moi j’ai allaité ; elle filait ses enfants aux grands parents pour aller en boîte, moi je ne sortais déjà pas avant alors pas avec bébé ; elle se servait de la télé comme nounou, moi j’avais décidé que la télé devait rester éteinte la plupart du temps quand bébé était présent ; etc.).

  2. jojo dit :

    merci pour ton article: on dirait moi !!!

    Je suis enceinte de 5 mois maintenant et en ce moment il y a tellement de soucis avec BF que j’ai l’impression que ma grossesse « passe à l’as »..mais jmen fous , moi j’en profite à fond!

    • klea dit :

      Il FAUT profiter et savourer. Le bébé qu’on porte ce n’est jamais comme celui qu’on a reçu en package avec l’amoureux et qu’on n’a pas désiré mais accepté (c’est très différent même s’il n’est pas politiquement correct de le dire).
      Pendant ma grossesse il y a eu tellement de soucis avec mon BF que je me suis enfermée dans ma bulle pour nous tenir mon bébé et moi à l’écart des tensions et pour ressentir tous ces bouleversements à fond comme si j’avais eu le droit, moi aussi, à un amoureux qui découvrait. Je ne le regretterai jamais, ces neuf mois et + rien qu’entre mon nombril et moi ont été superbes malgré les soucis de grossesse. Pour une fois je m’etais autorisée à passer pour une horrible maratre qui ne se préoccupe pas trop de son BF : on n’a qu’une seule première grossesse !

  3. lolanoah dit :

    Ce n était pas ma 1ère grossesse mais je pensais que cette grossesse puis notre fils allait tout résoudre.
    Mon chéri a été absent pendant tte à grossesse, n à jamais assisté aux échos… J ai refoulé tous les sentiments de bonheur que peut procurer une grossesse. Je pense qu il culpabilisait comme depuis le début de son divorce d avoir abandonné sa fille. C est pas grave, j ai tout assume seule, même en ayant vécu une grossesse seule..
    Je suis de nouveau enceinte, une petite fille, plein de problèmes arrivés au début de la grossesse donc celle la aussi, cette grossesse passe à la trappe.
    Mais j ai une consolation, mes 2bientot 3 qui sont ma force et font mon bonheur.

  4. Az16 dit :

    Presque 2 ans il nous afallu pour obtenir une vie équilibrée et des semaines « presque » normales avec et sans son fils (garde alternée)…

    Presque 2 ans il m’a fallu pour faire comprendre et admettre à mon chéri que malgré les délires de son ex, il est un excellant papa… efficace et impliqué…

    Presque 2 ans il m’a fallu pour me rendre compte que je serais aussi être une bonne maman… pas de celles qui se trompent jamais… juste de celles qui font de leur mieux et qui passent les enfants (pas seulement les siens) en 1er…

    Alors qu’aujourd’hui, après presque 2 ans de reconstruction, nous sommes prêts (que l’hystérie de l’ex à craindre…), Bébé veut pas venir…

    C’est dur… et puis ce satané TIC TAC…

  5. cece dit :

    bonjour, je viens de lire tous vos messages. pour nous, il a fallu attendre 5 ans pour que avoir un enfant ensemble, le 1er pour moi, et oui avec ce tic tac qui résonne. je me pose déjà mille questions sur les futures réactions de sa fille et de son ex, et bébé n’es pas encore là. alors on verra

  6. gothikablue dit :

    Voilà c’est exactement mon qu’a, mais le père pas prèt. Très compliqué la séparation avec son ex,
    j’en passe les détails trop long et l’arrivé de l’enfant très ccompliqué aussi. Très mauvaise entente de la mère à nous, et maintenant j’ai peur que il voudra pas d’enfant pour la même chose

  7. ptibounty41 dit :

    bonjour,
    j’avoue que vos témoignages confirment mes craintes les plus refoulées..
    sa fait 2 ans que je suis en couple avec mon ami qui a deux enfants de 2 et 4 ans en garde alternée.
    j’ai 25 ans et pas d’enfants, le fait detre enceinte commence a me titiller de plus en plus car m’occuper de ses deux petits bouts pas du tout autonome me renvoit ma NON maternité a proprement parler.. et mon passage forcé dans une vie de mere adulte et raisonnée.
    Mais au fond, c surtout lui qui men parle, moi je freine car je ne le sens pas du tout, meme si je ne reve que de sa..
    Entre une maison en cours de construction, deux enfants pas autonome, des tensions dans le couple, et la manie qu »il a de tout rapporter a ses enfants (ex : on va a bébé9, sa je l’ai eu avec mon premier, avec mon ex on avait pri tel ou tel modele, on a testé sa ou sa) me fait voir ma grossesse comme le prolongement de celle de son ex.
    j’ai l’impression qu »on m’a deja volé mes futurs moments de bonheur avant meme de les avoir commencé..
    c comme une ombre qui plane au dessus de ma tete. Celle de son ex et de ses enfants, qui mempechent de profiter a fond de mon couple qd les enfants sont pas la, ou de me sentir bien tout simplement. (ex : caler les appel telephoniques un jour sur deux, meme en voyage a lautre bout du monde, labsence que je ne peux pas combler de ses enfants, sa tristesse omnipresente).. c lourd..
    tout sa confirme avec vos commentaires mes craintes.

    y a t il vraiment UN BON moment pour faire un enfant dans une famille recomposée ?????
    sa me desespere, tout les problemes enoncés plus tot ne partiront jamais. a part etre egoiste et penser a soi sur le moment je ne vois pas comment faire..

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !