Pourquoi le cliché de la belle-mère putain ?

La Sainte Mère vs la pute de belle-mère : exploration d’un cliché qui puise ses racines dans des situations vécues.

Pourquoi le cliché de la belle-mère putain ?

publié le 11 mai 2012 par Dominique Devedeux
Belle-mère, la nouvelle compagne d’un père, est souvent qualifiée de pétasse, de poufiasse, de pute, de putain. Ces qualificatifs indiquent bien le malaise, l’hostilité, la méfiance que notre société éprouve à son égard. Exploration d'un cliché qui puise ses racines dans des situations malheureusement vécues : la Sainte Mère versus la belle-mère putain.

Oui, la société la voit la belle-mère d’un mauvais œil parce qu’elle est souvent suspectée d’être la cause de la séparation d’un couple, sans jamais se poser de question sur la vie de ce couple avant la rupture. Un couple est un couple, et encore de nos jours cela suffit à le considérer comme inoxydable, robuste, résistant à tout, à la vie à la mort. Et pourtant…

Les mères victimes de morues voleuses de maris

Parfois donc, la lubrique femme est la cause de l’éclatement de la cellule familiale, mais parfois elle n’en est pas responsable du tout. Il arrive même fréquemment que ce soit la mère qui ait donné la première le coup de canif fatal dans le contrat matrimonial ! Mais du point de vue des tiers, des proches, des enfants, des mères, ce sont toujours elles – les mères – les victimes des manipulations affriolantes de ces morues voleuses de maris !

Le pauvre Papa, faible victime sexuelle

Le père devient soudain le benêt de service, le décérébré qui n’a pas su résister à cette allumeuse, briseuse de ménage. Soudain l’homme fort, respecté – le père – est devenu l’objet, le jouet de cette femme lubrique. Voilà ce que pense l’entourage du couple. Voilà ce que pense l’épouse trahie qui a peut-être déjà fermé les yeux sur quelques soupçons de fornications extra conjugales acceptées en silence car elles lui permettent de s’endormir tranquille, sans avoir à repousser les élans hebdomadaires ou mensuels d’un mari toujours partant.

La Sainte Mère

La mère joue parfaitement son rôle de Vierge Marie, irréprochable, hors de tout soupçon. Rôle qui lui va comme un gant, puisque si l’on se base sur de nombreuses confidences il est fréquent qu’après le deuxième enfant certaines mères prétextent souffrir de terribles migraines, de troubles divers pouvant durer des semaines, des mois entiers, et se soustraire ainsi à l’insupportable devoir conjugal. Elles ne veulent plus qu’être mères ! Elles ont réalisé leur désir d’enfants, elles ont rempli leur rôle social, elles sont dans la moyenne démographique nationale. Elles peuvent fermer la boutique maintenant !

Le pauvre père, remisant ses désirs dans son sac à dos, s’est vu depuis longtemps déjà condamné à attendre, à espérer, le jour où son épouse, sa conjointe, désormais uniquement mère de ses enfants, reprendrait goût à la vie et verrait sa libido remonter au dessus du niveau zéro !

Alors, évidemment, quand une autre femme apparaît, il y a du sexe là-dessous

La séductrice devenue belle-mère, même avec la bague au doigt, n’en demeure pas moins une représentation de femme sulfureuse, hyper sexuée, parce qu’il faut bien trouver une explication dévalorisante, rabaissante, pour rassurer tout le monde. La belle-mère ne peut pas être pourvue de qualités attachantes, elle ne peut pas être une femme formidable, elle ne peut pas être mieux que maman.

Son joker pour enlever papa ne peut être que le sexe ! Car les enfants savent bien que maman avait retrouvé sa virginité, la porte de la chambre de papa et maman était toujours ouverte, ils pouvaient y débouler sans prévenir à toute heure du jour ou de la nuit, se jeter dans leur lit sans se poser de questions. Alors que maintenant, chez papa et la belle mère, la porte de la chambre est fermée, il faut frapper d’abord, et attendre la permission d’y entrer. Les matins de week-end il faut même patienter jusqu’à une certaine heure avant d’oser toquer.

C’est sûr, il s’y passe des choses !

C’est sûr, la belle-mère est une putain.

 

crédit photo jamesckemp/cc

3 Réponses

  1. Sabine Coulon dit :

    Dénonciation sans complexe d’un cliché bien trop courant pour être éludé. Heureusement, toutes les belles-mères ne sont pas mangées comme ça, à la sauce langue-de-sainte-vipère :D
    Merci pour cet article Dominique.

  2. klea dit :

    J’adore. Pas le cliché, mais la façon de le décrire. Il me semble très vrai, tel que se le représentent beaucoup trop de personnes en tout cas. Et ce, même inconsciemment et sans assumer (et même : en disant le contraire, genre « ah non moi, jamais je ne jugerai… mais quelle salope ! ») !

  3. MimiMpapa dit :

    Que les gens parlent, bavent,, je m’en fiche! Ils ont simplement peur, ils n’ont pas confiance en eux c’est tout. Et pour tout dire je préfère 100 fois être la putain loin de retrouver sa virginité car nous le savons les hommes ne restent pas avec les Saintes mères. L’image de la porte ouverte ou fermé est tellement représentatif! Quand ton salon ressemble à une garderie, quand tu ne trouve plus que du dentifrice goût fraise malabar dans la salle de bain, quand tes week-ends ne sont qu’aller retour entre danse classique, anniversaire et goûter, quand même les vacances en Espagne te laissent épuisées , quand tu raté toujours le début du film du soir, quand tu dépense plus d’argent dans les cadeaux d’anniversaire de tours leurs foutus petits copains de classe que dans des sorties en amoureux, mais que en plus tu t’oblige à laisser la porte ouverte de la seule pièce et du seule moment qui appartient à ton couple! Que tu laissent encore et encore les enfants envahir votre espace quand ils en ont envie alors tu peux commencer à cocher les jours sur le calendrier du divorce. La porte de notre chambre est effectivement fermé et elle le restera même quand nous aurons notre enfant. Effectivement c’est troublant pour es BE qui aujourd’hui encore ont l’habitude. Pouvoir aller dormir avec madame ex . Mais c’est comme ça! Et oh bizarre chéri ne rechigne même pas ;)

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !