Être appelé Papa par mes beaux-enfants, pourquoi pas ?

Je suis beau-père, est-ce grave si mon beau-fils (ou ma belle-fille) m’appelle papa ?

Être appelé Papa par mes beaux-enfants, pourquoi pas ?

publié le 26 avril 2012 par Dominique Devedeux
De nombreux beaux-pères se posent la question, d'autant plus quand le père biologique n'est pas dans les parages : mes BF (beau-fils ou belle-fille) peuvent-ils m'appeler Papa ? N'est-ce pas plus simple pour la vie de famille ? D'autant qu'on peut trouver cela touchant, même gratifiant. Pourtant pour Dominique Devedeux, psychanalyste, ce n’est pas souhaitable. Trop de confusion entretient la confusion.

D’abord rappelons qu’entre « papa » et rien, d’autres options existent. C’est plutôt cool aussi d’appeler ses parents par leur prénom, non ? Et les beaux-pères ont tous au moins un prénom en principe.

Mais surtout, la raison essentielle qui amène cette sentence assez ferme « non ce n’est pas souhaitable qu’un beau-père se fasse appeler Papa pour ses beaux-enfants », est toute simple : tous nos petits bouts de choux ont forcément un Papa, un paternel, un père biologique, un géniteur… quelque part sur terre.

Il y a des Papas qui se démènent pour avoir leurs chérubins une semaine sur deux, un week-end sur deux, une vacance sur deux, ce sont ceux-là les vrais Papas qu’il est normal d’appeler Papa.

Il y a des Papas qui ne peuvent les voir qu’une fois par mois, ou tous les trois mois, ou deux fois par an, ce sont aussi ceux-là les vrais Papas qu’il est normal d’appeler Papa.

Il y a également des Papas qui sont à l’autre bout du monde qui ne peuvent voir leurs petiots que très rarement. Mais même très rarement ce sont leurs vrais Papas qu’il est normal d’appeler Papa.

Enfin, il y a des pères qui ont disparu dans l’espace, des pères qui n’avaient pas la fibre paternelle, des pères qui ont eu peur de ne pas être capables, des pères qui se sont fait prendre par surprise et qui n’ont pas voulu ou pu assumer. Il y a aussi des pères inconnus, non identifiés. Sans oublier les anonymes donneurs de sperme, ni ceux qui ne savent même pas qu’ils sont Papas.

Il y a aussi des pères méchants, des pères toxiques et malfaisants. Ils sont présents, ils voient régulièrement leurs enfants. Bien qu’ils puissent sembler indignes, ils sont aussi les vrais Papas, qu’il est normal d’appeler Papa.

Voilà, vous l’avez compris, il y a des Papas à qui le mot Papa doit être réservé parce qu’ils tiennent leur rôle de père, parfois tant bien que mal, parfois plus mal que bien, mais ils existent dans la vie de leur enfant, ne serait-ce que grâce à une carte d’anniversaire par an. Leur enfant le connaît, l’identifie, et la Maman peut/doit l’aider à se souvenir de lui. Et même absents ils sont Papas de leur enfant.

Tant qu’un père est susceptible d’apparaître ou de réapparaître dans la vie de son enfant, c’est lui son Papa.

La Maman et le beau-père peuvent en parler avec l’enfant, en utilisant les mots de son âge, et lui expliquer (la vérité est toujours une valeur sûre ) qu’il n’a qu’un seul Papa, mais qu’on peut inventer ensemble un surnom affectueux et mignon pour Bô-Papa, et lui montrer qu’on l’aime.

Et vous, la question s’est-elle posée dans votre famille recomposée ? Comment vos beaux-enfants vous appellent-ils ?

crédit photo mbatchelor/cc

6 Réponses

  1. delpheric dit :

    C’est bien beau, mais ma fille refuse catégoriquement d’aller son Bp autrement que par le mot PAPA, on lui a tout expliqué, même les psy, son PERE son vrai PAPA lui fait la guerre à la faire pleurer. Mais non elle refuse de devoir appeler son BP autrement.
    On a tenté dady, le prénom, un nom qu’elle aurait inventé. Et bien elle a choisit PAPA.
    Elle le dit j’ai mon PAPA celui qui a donné la petite graine, qui m’aime que j’aime que j’aime, mon vrai papa.
    Et j’ai mon papa bis il ne m’a pas mit au monde, il n’a pas mit la petite graine, il m’aime je l’aime, c’est un BP mais s’est mon papa également.
    Les 2 psy n’ont jamais réussit à lui entendre raison.
    Donc elle fait comme elle veut tant qu’elle est consiente de qui est qui

  2. numero6 dit :

    Chez nous aussi la question s’est posée, assez récemment, au moment où mon fils a compris que son « vrai papa » se désintéressait de lui. Ce qu’il pressentait s’est confirmé : il a été décrété qu’il ne le prendrait plus… Mon fils de son côté, du haut de ses presque 7 ans a lui aussi exprimé son envie de ne plus y retourner.
    Un soir, il s’est tourné vers mon amoureux, qui vit chez nous une partie de la semaine, et il lui a dit « Maintenant que je n’ai plus de papa, ce sera toi, mon papa ? »
    Ouch… Gros blanc… Malaise… Regards interrogateurs…
    Nous nous sommes compris sans nous parler, il savait ce qu’il fallait répondre, il savait que je ne souhaitais pas encourager cette confusion là, et il ne le souhaitait pas non plus. Il a lui même deux enfants, qu’il ne voit que le we, et il tient, comme moi, à ce que les choses soient claires aussi pour eux, qu’ils ne se sentent pas exclus, ou pire remplacés…, de la vie de leur papa.
    Alors il a eu la meilleure réponse du monde… Je crois que je suis tombée un peu plus amoureuse de lui à ce moment là.
    Il l’a attiré près de lui et lui a dit : « Non, je ne suis pas ton papa. Je suis ton Patrice…’
    J’ai craqué, j’ai souri jusqu’aux oreilles, la larme à l’oeil de ce si joli jeu de mots permis par son prénom.
    C’est sûr que s’il s’était appelé Olivier ou Stéphane, ça n’aurait pas donné la même chose ;)

  3. Madremia dit :

    Pour nous aussi la question s’est posée rapidement … et elle revient encore ponctuellement. Mes beaux-enfants sont âgées de 4, 7 et 9 ans. Dès le début ils ont voulu m’appeler maman. Ce que j’ai refusé par respect pour la place de leur mère, pour ne pas créer de confusion ou alimenter le conflit de loyauté. Au début, lorsque nous leur avons expliqué le concept de BP , ils trouvaient le nom pas très mignon… comme dans les contes de fées … Généralement, ils m’appellent par mon prénom, faute de ne pas avoir trouvé de surnom qu’ils aiment. La venue imminente de leur petit frère réactualise le sujet. Peut-être qu’une solution émergera …

  4. Sabine Coulon dit :

    @Delpheric : J’imagine que lui expliquer les choses tempère le flou qui pourrait survenir dans son esprit. Si les choses étaient toujours qu’elles que l’on pense qu’elles devraient être, ça se saurait :D

    @numero6 : C’est tellement joli « mon Patrice »…

    @Madremia : Merci pour ce témoignage, c’est rare dan ce sens là en effet ! Et souvent l’arrivée d’un bébé vient bousculer les choses, surtout quand les enfants sont petits… Vous nous raconterez ? Et bravo pour le bébé à venir !!

  5. ChuppyLulu dit :

    Ici aussi, la question s’est posée rapidement. Ma BF aurait voulu m’appeler maman. J’ai refusé tout de go en lui expliquant qu’elle avait une maman qui l’aimait, qui s’occupait d’elle, et que moi je ne pouvais pas être sa maman, que je ne l’avais pas portée dans mon ventre.
    Et pourtant, même mon compagnon aurait souhaité qu’elle puisse m’appeler « maman » parce que, je cite « oui mais quand on aura des enfants ils t’appelleront maman ça lui fera bizarre ! » … je n’ai pas cédé. Bizarre en quoi ? Mes enfants n’appelleront pas « maman » la mère de ma BF (chose que j’ai expliquée, aussi) et ils ne s’en porteront pas plus mal pour autant. Et je préfère que ça fasse bizarre quelque temps à ma BF de m’appeler par mon prénom alors que la petite m’appelle « maman » (enfin, tente de dire maman du haut de ses 8 mois) plutôt que de risquer une confusion des genres, y compris de ma part … et d’être encore plus blessée par les inévitables « t’es pas ma mère » qui ne manqueront pas de surgir à l’adolescence de ma BF !

  6. raymonde dit :

    Mes belles-filles m’appellent « maman ». Dans la culture de mon compagnon c’est un manque de respect d’appeler la femme de son père autrement que maman et si ça m’a perturbée les premiers temps, j’ai compris que c’était clair pour les filles que je ne suis pas leur maman mais plutôt « maman S* », la maman de leur demi-soeur. Tant que les choses sont claires tant pour elles que pour moi, je me dis que c’est une façon de tisser le lien, faire la greffe entre nous. Après ça perturbe beaucoup plus les gens autour. Il y a des réactions dans les magasins quand mes BF m’appellent « maman »: elles ont la peau trop foncée pour avoir l’air métisse. Pour ce qui est de leur maman, je crois qu’elle nous déteste de toutes façons. Après c’est les filles qui ont choisi de m’appeler « maman »…
    Dans cette culture, on appelle les soeurs de la mère « maman ». Toutes peuvent assurer l’éducation de l’enfant. Ainsi, mon compagnon a découvert le jour où sa mère est venue le chercher pour venir vivre avec elle en France, que celle qu’il appelait maman était en fait sa tante. Vous allez me dire, ça peut paraître perturbant.
    Lui, il appelle son BP « papa » et c’est lui qui l’a élevé comme son père s’est remarié sans s’occuper de lui. Pour lui, on doit un grand respect à son BP car il apporte à son parent ce qu’on apportera jamais soi-même : on ne sera jamais le compagnon ou la compagne de son parent. Alors, normal de l’appeler « papa » ou « maman ».
    Dans l’autre sens, il dit aussi qu’il faut bien traiter son BF car on sait pas quand on sera vieux si c’est ce BFdevenu adulte ou son enfant qui prendra soin de soi.
    Quand à moi, ma fille appelle mon BP « papy » et j’en suis très heureuse car je ne veux pas d’autre papy pour elle que lui. Pour rien au monde je ne voudrais qu’elle connaisse « le vrai » avec qui j’ai coupé les ponts pour d’affreuses bonnes raisons. Ainsi ma fille a 2 faux papys… Enfin elle ne connaît le papy paternel qui est retourné vivre au pays.
    Pour ma part, je n’ai jamais réussi à appeler mon BP autrement que « Jean ». Je suis heureuse que ma mère ait fait refait sa vie avec lui et je lui suis reconnaissante d’avoir élevé mes soeurs. Moi j’étais déjà majeure quand il est arrivé.
    Quand à mes belles-filles, elles se jettent sur le téléphone chaque fois qu’elles peuvent parler à leur maman surtout les deux plus jeunes. Leur lien à leur mère est unique et dans le même temps, elles sont demandeuses de câlins et d’attentions, prenant vite la place de ma fille quand elle n’est pas là pour « défendre son territoire ».

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !