Recouvrement des pensions alimentaires

Le candidat Nicolas Sarkozy propose de créer une agence de recouvrement des pensions alimentaires.

Recouvrement des pensions alimentaires

publié le 8 mars 2012 par Sabine Coulon
Le président actuel Nicolas Sarkozy, en campagne pour les présidentielles 2012, était ce matin interviewé sur BFMTV et RMC. Il a présenté plusieurs propositions, dont une qui intéressera particulièrement les belles-mères, compagnes de pères qui versent des pensions alimentaires. En effet, Nicolas Sarkozy veut créer une agence de recouvrement des pensions alimentaires.

Les paroles de Nicolas Sarkozy

 

 

« S’agissant de cette journée de la femme j’ai une proposition très précise à faire, qui concerne 3 millions cent mille enfants et 36 000 femmes. À propos de la question si sensible des pensions alimentaires, tant de pensions alimentaires qui ne sont pas payées. Je propose la création d’une agence qui recouvrera les pensions alimentaires en lieu et place d’une femme abandonnée par le père de ses enfants.

Le fisc a la connaissance de toutes les pensions qui sont versées par les pères, puisque les pères les déduisent de l’impôt sur le revenu. Mais il n’a pas connaissance de la situation de l’autre côté, de la mère. Et il y a beaucoup de mères et de familles monoparentales qui n’arrivent pas à s’en sortir.

Nous allons créer cette agence qui permettera de soulager la souffrance de ces mères qui n’arrivent pas à s’en sortir parce qu’elle sont obligées d’aller au tribunal correctionnel déposer une plainte pour abandon de famille, parce que le père de l’enfant ne paye pas la pension alimentaire. »

 

Claude Greff, Secrétaire d’Etat chargée de la famille, salue la proposition de Nicolas Sarkozy

« Quant la mère ne reçoit pas la pension alimentaire qui lui revient de droit, elle est plongée dans une situation qui peut être dramatique. Aujourd’hui, les trois possibilités qui s’offrent à elle sont imparfaites et longues. Le recours au pénal, le recouvrement auprès de tiers débiteur ou le recours à la caisse d’allocations familiales » explique-t-elle dans un communiqué ce jour, 8 mars 2012.

Elle ajoute que « Cette agence, en bénéficiant des informations fiscales et bancaires du père défaillant, pourra, sous l’autorité du juge, aller chercher beaucoup plus rapidement qu’aujourd’hui les pensions directement sur son compte ».

Cette proposition concernerait « 36.000 parents (qui) sont défaillants dans le versement de leur pension alimentaire et (…) 3 millions d’enfants qui sont potentiellement concernés par les pensions alimentaires, dont 2,3 millions en famille monoparentale. »

 

Une proposition qui soulève des questions

La pension alimentaire est partie intégrante de la vie des belles-mères, par ricochet. En vivant avec un homme qui paye mensuellement une pension nous savons ce que cette pension représente. L’importance du respect de son paiement est indéniable, non négociable. Une pension non versée peut causer des dégâts importants à la famille à laquelle elle aurait dû bénéficier.

Reste qu’en pratique les belles-mères voient souvent leur homme ne pas payer sa pension. Parce qu’il ne peut pas. Parce qu’il ne veut pas pour X raisons. Que ce soit ponctuellement ou sur de longues périodes, c’est un fait : la vie d’une pension alimentaire n’est pas un long fleuve tranquille.

« En face » il y a les beaux-pères qui partagent la vie d’une femme et de ses enfants, et sont amenés à se substituer à l’apport matériel du père quand il est démissionnaire. Des beaux-pères qui constatent les conséquences de l’absence d’apport du père sur la qualité de vie des enfants, et de la famille en général.

Bref, la pension alimentaire, ça nous concerne, aussi indirectement que de façon intime. Alors à vous, beaux-parents qui vivez les aléas des paiements de pension alimentaire par le parent, qu’est ce que cette proposition inspire ?

3 Réponses

  1. Sabine Coulon dit :

    C’est le premier article de ce type sur BeauxParents.fr. La politique est un sujet sensible, notre idée n’est pas de prendre parti mais bien de partager l’information qui concerne les beaux-parents et de l’éclairer sous le regard de notre « place » de BP, notre position, notre expérience de vie. Nous ne pouvions pas passer cette info sous silence. Aussi nous espérons l’avoir traitée sur un ton en accord avec le reste de notre ligne éditoriale. Vos commentaires sont bienvenus.

  2. klea dit :

    Moi, j’aimerais qu’on crée une agence qui vérifie le bon emploi de la pension alimentaire. Le versement compensatoire et destiné à la mère (ou éventuellement au père, mais souvent c’est la mère) divorcée qui en fait ce qu’elle veut, ok. Mais la pension alimentaire est destinée à l’enfant ou aux enfants concernés par le divorce. Or, il arrive qu’elle ne serve pas du tout, ni de près ni de loin, aux enfants. Ce n’est pas normal que le père qui verse une pension pour son ENFANT la voie utilisée à d’autres fins, et notamment à l’entretien du train de vie de son ex-femme. Il faudrait donc mettre un peu les choses au clair, je crois, avant de chercher à courir après des versements qui se sont peut-être arrêtés pour ce motif…

  3. chatess dit :

    Comme Klea, il faudrait que l’on vérifie le bon emploi de la pension alimentaire. Et de revoir sur ce quoi on se base pour la fixer.
    Quand on voit que le parent dit le débiteur continue de la verser lorsque l’enfant est avec lui, je trouve ça injuste et inadmissible. Nous payons la mère pour le logement et la nourriture, et qui paye quand l’enfant du père vient chez lui ?
    En tout cas, pour nous, au quotidien, quand ma BF vient chez nous, c’est à dire 3 mois par an, c’est un budget serré car l’argent n’est pas extensible et nous ne pouvons pas augmenter les dépenses de nourriture.
    Je me dis que c’est la vie, que j’attends avec impatience le moment où elle sera autonome financièrement, mais ça m’est difficile de voir qu’avec mon mari, on habille les enfants avec de l’occasion, car on ne peut pas plus, et que ma BF a toujours des vêtements neufs.
    Alors présenter le père sous l’aspect du méchant qui ne paye pas, en tout cas, je nous sens plus comme une vache à lait qu’autre chose. … Quand les lois seront-elles faites pour protéger les pères, qu’ils aient leurs enfants en garde alternée, ou pas, et pas seulement les mères ?

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !