Eh merde, il/elle a des enfants !

Fraîchement beau-parent ? Bienvenue dans notre monde ;-)

Eh merde, il/elle a des enfants !

publié le 15 février 2012 par Sébastien Defrance
Vous vivez maintenant avec cette personne. Cette personne qui est parent d’un ou plusieurs charmants (ou pas) marmots. Vous ? Vous découvrez un nouveau monde. Une nouvelle configuration de couple. Vous devez effectuer une gymnastique mentale importante : cette fois, vous ne pensez plus pour deux, mais pour 2+n. Oh, évidement vous vous disiez que ça serait simple. Mais voilà l’idée : du jour au lendemain (ou presque), vous entrez dans la vie de ses enfants, et vice-versa. Vous ne pouvez pas les ignorer : ils sont là.

Adieu “je fais ce que je veux”, bonjour “je fais ce que je peux”

Adieu, les “naked man” imprévus et autres sorties surprises à deux. Adieu, les amis qui débarquent à l’improviste. Il vous faut maintenant apprendre à faire avec les courtes fenêtres de temps lors desquelles les enfants dorment, sont à l’école ou chez leurs grands parents. Vous apprenez aussi, en cas d’enfant en bas âge, que dormir est un luxe. Et plus largement, que vous ne pourrez plus décider d’aller au McDo sur un coup de tête à 15h parce que “tout de même, ce n’est pas un exemple pour les petits”.

La vie sociale, ce vieux souvenir

Avant, un petit verre sur le pouce avec des amis après votre journée de travail, c’était un élément banal. Maintenant, votre vie sociale se résume à coup de “On se voit pour prendre un verre ? D’accord attends, jeudi soir dans deux semaines, c’est bon pour toi ?” ou encore “Je ne pourrai pas être là pour la crémaillère, Théodule* fait une gastro”. Et là, vous commencez à réaliser : vous êtes demi-parent, demi-amant(e).

Beau-baby blues

A ce moment là, vous aurez beau essayer, la phase “baby blues”, vous y aurez le droit aussi ! Après tout, vous, vous n’avez pas eu 9 mois pour vous préparer à l’arrivée d’un enfant, et vous subissez donc l’emploi du temps ministériel que leur existence vous impose. Cela peut en décourager plus d’un(e), de se retrouver à première vue avec aucun des avantages du couple et tous les inconvénients des enfants… De fait, vous vous remettrez en question. Une fois, deux fois, trois fois. Puis vous remettrez en question votre couple.

Keep the faith !

A ce moment là, n’oubliez pas : vous êtes un couple. Vous vous aimez. Vos frustrations, votre partenaire les ressent. Peut être même qu’il(elle) “culpabilise” de vous imposer ses enfants, alors qu’il(elle) n’a pas vraiment le choix non plus. Alors communiquez et échangez, c’est la clé pour maintenir l’équilibre fragile d’un tel couple, au début ! Cherchez les bons côtés. Essayez de profiter au maximum de vos moments à deux. Ces moments vous donneront la sensation d’avoir été gagnés à la sueur de votre front, et récompenseront largement votre patience.

 

*Prénom choisi volontairement.
Crédit photo Zombies and dinner

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !