Il fait le bon choix

Avant, pendant, après : un forum pour ce moment vraiment particulier et fort en émotions variées.

Modérateur: sabine

Re: Il fait le bon choix

Message par blackyce » 17 Août 2014, 04:59

kler a écrit :
> Je venais de terminer une très longue réponse, racontant cette triste
> histoire, et mon message à disparu... Grrrrr
> Je vais essayer de le faire en raccourci.
> Mon mari n'a pas eu le choix. Personne n'aurait pu m'empêcher de lui
> répondre ce soir là.
> Ma BF sortait de sa 2nd hospitalisation pour anorexie. A ce moment là, elle
> a désigné des coupables : son père et moi. Elle passait alors tout son
> temps chez sa mère. Nous n'avions alors aucune idée de ce qu'elle nous
> reprochait. Son père refusait de faire valoir les règles de la garde
> alternée, parce qu'il fallait lui laisser le temps, la laisser faire comme
> ça lui faisait plaisir, la pauvre, elle avait tellement souffert à
> l'hôpital etc.
> Ce soir là, madame nous faisait enfin l'honneur de sa présence, car sa
> tante était chez nous. Elle a fait la gueule toute la soirée, et alors que
> son père et moi étions occupés à faire la vaisselle et débarrasser la
> table, elle est passée devant moi comme une furie, pleine de colère, pour
> partir dans sa chambre. Là, déjà, j'ai commencé à criser.
> Quand la soeur de mon mari nous a rejoint disant qu'il fallait qu'on parle
> avec elle, parce qu'elle n'allait pas bien, il a fallu que j'aille me
> calmer dehors avant de rejoindre la table des accusations (sa tante a
> souvent jouer les médiatrices, elle-même ayant souffert d'anorexie).
> Là, ma chère belle-fille a exposé tous ses reproches : elle ne trouvait pas
> sa place chez nous (elle y avait à peine passé 4 jours en un mois) !),
> notre couple était trop fusionnel (j'étais enceinte de 3 mois et elle nous
> faisait vivre un enfer d'angoisse et d'inquiétude depuis 1 an, oui, nous
> nous soutenions ! Et encore, j'ai été bien trop souvent seule pour une
> femme enceinte). L'achat de notre maison était notre projet à nous, dans le
> but de faire un enfant, et que nous n'attendions qu'une chose, de les
> mettre dehors. Que nous ne faisions rien ensemble (encore aurait-il fallu
> qu'elle soit là), alors que sa mère passait son temps à lui créer des
> activités pour qu'elle ne pense pas à son problème avec la nourriture. Que
> si nous ne faisions pas d'EFFORTS, elle irait vivre chez sa mère.
> Il y a eu un silence. Mon mari m'a regardé, il était paumé. Moi, j'étais
> remonté comme un coucou. Il m'a laissé prendre la parole en premier, je ne
> me suis pas fait prier. J'ai tout dit, bien trop gentiment, parce que
> sonnée. J'ai passé toutes mes économies (3x plus que leur père) dans une
> maison avec 5 chambres, mais je m'en fous. J'ai passé mon été à refaire la
> peinture de leurs chambres, mais je m'en fous. J'ai sauvé son anniversaire
> en cuisinant un repas validé avec elle, au tout début de son anorexie,
> parce que sa mère voulait absolument l'emmener au resto alors que ça la
> mettait en panique totale. ce soir là, j'ai quitté le boulot plus tôt,
> passé plus de 2h dans la cuisine, invité sa mère à se joindre à nous, mais
> je m'en fous. Elle a été la première personne à qui j'ai annoncé ma
> grossesse (après mon mari quand même), car elle allait être hospitalisée
> deux jours plus tard, mais je m'en fous.
> Alors, ce soir là, pas question que je me taise. J'ai dit ce que j'avais à
> dire, qu'il n'était pas possible de me demander le moindre effort
> supplémentaire. Trop c'est trop. Les choses ont été dites (même si, après
> le choc, j'aurais pu en rajouter bien plus), mais notre relation est
> définitivement morte ce soir là, et c'est moi qui ai donné le coup de
> grâce. La pension a été salvatrice, aujourd'hui nous cohabitons et c'est
> bien suffisant.
> J'ai pleuré toute ma grossesse à cause de cette gosse, d'abord de tristesse
> puis de rage. Jamais je ne lui pardonnerais les mots qu'elle a tenu ce soir
> là. Mon mari ne le comprend pas. A l'époque je faisais des cauchemars, je
> n'arrivais pas à nourrir mon bébé et on me l'enlevait. A la fin de ma
> grossesse, on a découvert une anomalie, sans gravité heureusement, mais ma
> puce a dû être opérée. Je ne peux m'empêcher de penser que si j'avais pu
> vivre ma grossesse dans des conditions normales, en étant entourée et
> soutenue, jamais ça ne serait arrivé. Il m'a fallu beaucoup de temps, pour
> dépasser une colère stérile et aller de l'avant, mais plus rien ne me lie à
> elle désormais. Et c'est maintenant que oui, j'attends son départ de la
> maison (pas d'université dans notre ville ! les seules formations post bac
> ne sont pas dans son créneau).
>
> Petite précision, ce jour là, c'était le jour de notre mariage, entre 2
> témoins, personnes d'autre n'était au courant, sauf mes BE bien sûr, qui
> ont préféré rester chez leur mère.

Non tu déconne, elle t'a fait une scène le jour de ton mariage ??? Connasse !!!
Avatar de l’utilisateur
blackyce
 
Message(s) : 966
Inscription : 18 Juil 2014, 13:33
Localisation : Ludon Médoc

Précédent

Retour vers Vacances

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron