Critiquer l’éducation de mon beau-fils ? Le drame !

Il y a des choses que le parent ne peut pas entendre. Une critique du beau-fils, et c’est le drame. Comment faire ?

Critiquer l’éducation de mon beau-fils ? Le drame !

publié le 25 septembre 2012 par SuperBP
Mariam explique que la moindre remarque sur son beau-fils, et plus précisément sur l'éducation qu'il reçoit de sa mère, tourne au drame avec le père de celui-ci. Comment faire alors quand au quotidien c'est elle qui s'en occupe ? SuperBP lui répond.

« Mon conjoint ne supporte pas les remarques anodines ou les critiques négatives et avérées sur son enfant de 7 ans. La moindre remarque peut un jour être à peu près digérée comme un autre jour ne plus être tolérée. Ces remarques portent sur l’éducation de l’enfant par sa mère et ce que mon beau-fils importe chez nous sur la situation chez sa mère. Le problème est que ces disputes fréquentes à chaque fois que son enfant vient, tournent au vinaigre. J’ai l’impression que notre couple malgré notre enfant en commun peut éclater à cause de ce qui se passe avec mon beau-fils. Quel attitude dois-je adopter avec cet enfant que je gère tant sur le plan domestique que psychologique ? Il a même tendance à me confier des choses qu’il ne dit pas à ses parents. Je ne supportais pas de connaitre les détails de ce qu’il me racontait et son père et moi avons décidé qu’il ne devait plus parler de sa vie chez sa mère. Trop perturbant et trop envahissant car lui ne raconte rien à sa mère de ce qu’il se passe chez nous par peur de la froisser. »

La réponse de SuperBP

Bien-sûr, c’est exaspérant à la longue d’avoir l’impression de ne pas pouvoir dire un mot concernant son BF sans que cela tourne au drame. Et le système s’auto-alimente… Chaque réaction du père vous titille et vous incite à ne rien laisser passer au fils, puisque vous vous sentez la mal-aimée de la famille…

Bon, alors, avez-vous déjà essayé de ne RIEN dire – oui c’est difficile – Rien de rien, pas un mot, pas une réflexion, pas un battement de cils, pendant une journée ? Juste pour voir ! Une journée c’est un peu court pour tirer des conclusions, mais cela peut quand même vous permettre de voir les choses différemment !

Sinon, tentez peut-être d’alterner les réflexions critiques avec des réflexions positives (même si vous fait grincer des dents intérieurement), il n’y a probablement pas que du mauvais chez ce garçon… En tout cas, entraînez-vous à lâcher prise sur votre besoin de le remettre à sa place, et entraînez-vous à tourner votre langue sept fois (ou plus) dans votre bouche avant de faire une critique. Vous pourrez ainsi en retenir au moins une sur deux.

Il vous fait des confidences concernant ce qu’il se passe chez sa mère : Cela prouve qu’il vous fait confiance, et qu’il a besoin d’un sas de liberté de parole. Il veut peut-être dire qu’il n’est pas heureux chez sa mère et attend des conseils de votre part ? Il suffit de lui expliquer ce que vous pouvez entendre, et ce que vous ne voulez pas savoir parce que c’est gênant et perturbant pour vous car trop intime.

Au fond, justement, toutes les critiques que vous adressez à votre BF ne sont-elles pas indirectement destinées à sa mère ? Bon courage, préservez votre relation avec votre conjoint et votre enfant, sinon la situation risque de devenir intenable pour tout le monde quand votre BF atteindra l’adolescence.

 

crédit photo your_teacher/cc

12 Réponses

  1. Val1603 dit :

    Ah par certains côtés on dirait ce qui se passe chez nous.
    Ici aussi, lorsque je parle d’Ahmonbeaufils, mon chéri se vexe et ça tourne à la dispute.
    Alors dans la mesure du possible, j’essaie de ne rien dire… mais c’est super difficile, surtout pour moi… qui n’aime pas laisser les situations dans l’impasse…
    http://la.famille.re-composee.over-blog.com/

  2. celine dit :

    Ah je voulais aussi mettre un article concernant mon BFils et moi…j’ai tellement rien dit au bout d’un moment que j’ai fini ben par ne plus m’en occuper le strict minimum…..donc pour toi et ton mari c’est sûrement compliqué et n’arrivez pas à vous comprendre, est ce des problèmes de « règles » n’êtes vous pas d’accord sur l’éducation? Et l’éducation de sa mère malheureusement vous n’y pourrez rien il faut faire 2 éducations différentes,sauf s’ils sont d’accords sur toute l’éducation?? Donc dis moi c’est un problème avec sa mère ? D’éducation? Quels sont les reproches que tu peux lui dire??

  3. chloe dit :

    bonjour,

    C’est incroyable, comme quoi, les mêmes problèmes, les mêmes conflits se répètent dans chaque famille recomposée…
    c’est exactement ce que je vis depuis 2 ans, mais j’ai compris par moi-même (un peu tard) que je devais réagir comme Céline : je ne m’en occupe que le strict minimum, et un jour peut-être quand ils auront grandi et muri un peu, on aura d’autres relations, mais pour l’instant : impossible.
    cela vaut mieux sinon avec le papa ça va mal finir…et je n’en ai pas envie !

    Ils ont reçu une tout autre éducation que moi et leur papa et moi n’avons pas la même conception de l’éducation. Ce sont ses enfants avec un vécu difficile avant mon arrivée…..

    Désormais, je ne dis rien, je garde ma bouche fermé et mes reflexions pour moi…(jusqu’à une certaine limite, bien sur)

    bon courage à toutes et tous

    • derville tiphanie dit :

      wah, je bloque en lisant tout ça… nous sommes recomposé aussi, une fille un garcon chacun, et moi c’est la cata avec le fils de mon homme depuis 2ans et demi!! je suis plus qu’à bout de nos disputes avec mon homme à cause de son fils qui est le chouchou de tous et à qui il ne faut jamais rien dire!! et depuis quelques semaines, j’ai décidé moi aussi de ne plus rien dire et de m’occuper que de mes enfants!! effectivement le strict minimum avec les siens!! et franchement j’en suis heureuse et il le sait!! comme je dis « je m’en fou!! » bon courage a toutes et merci pour vos coms

  4. Melie dit :

    Moi aussi j’opte maintenant pour l’ignorance, l’indifférence apparente. Mais j’accumule ainsi un tonne d’énergies négatives, je ne sais pas comment tout cela va finir. Je veux qu’il s’en aille, c’est tout. Ce BF de 7 ans qui nous pourrit complètement l’harmonie 1 semaine sur 2 à mon homme et notre bébé. C’est pas sa faute, c’est son père qui n’assure pas quand il est là, c’est sa présence qui nous rend nerveux et nous fait nous engueuler très fort à chaque fois. J’en ai marre, c’est de pire en pire, il n’y a quasi plus une journée où je ne songe à les quitter, à les laisser dans leur rigidité stupide, lui, son fils, son ex. Foutue garde alternée. Quel est le connard qui a eu un jour cette idée de merde ? Tiens, on va faire 50/50, 1 semaine sur 2, histoire de rendre tout le monde dingue et de foutre en l’air une quelconque chance pour les ex conjoints de refaire une vie harmonieuse, normale ! Putain j’ai la haine ! Et personne pour me donner une solution à part « ignore-le » ou « va-t-en »? Est ce qu’un psy a la solution. ? J’irai s’il faut..

  5. blondeau dit :

    Pour ma part, c’est vrai que ses enfants sont intellectuellement en avance mais bon… C’est ragent à force cette prise de tête quand j’ose tenter d’érafler la suprématie du plus petit Ahtonfils !!!! Par contre, mes filles qui vivent avec nous, c’est vrai que comme il les voit souvent, mon cher et tendre ne se gène pas pour me dire : Fais attention car sinon quand elles seront grandes….. blablabla Alors du coup je flippe et je reste le cul entre deux chaises car j’aime mes filles mon ami et ses fils. Quand je pense que je pensai vivre une situation difficile avec mon ex mari (lol)

  6. mimi dit :

    En ce qui me concerne, je fais comme la plupart de vous toutes, je ne dis rien car à chaque fois que je m’immisçais dans dans « leur » vie concernant les résultats scol ou les choix des colonies non méritées a mon gout, c’était l »enguelade assurée avec mon ami alors, j’ai compris que ça non plus, je ne pouvais pas le faire …. mais moi, vivre avec 2 gamines a qui je ne peux rien dire c’est très difficile, j’accumule des tonnes et des tonnes de rancoeur qu’il m’arrive de déverser sur mon ami de temps en temps … cette situation me bouffe complètement … Que c’est difficile d’être maratre !!!!!!!!!!!!!!!!!

  7. desmo dit :

    la rancoeur j’en ai plein mes poches justement parce que j’ai trop pris sur moi et qu’a force de se disputer la lassitude s’installe donc on ose plus parler , je ne me sens plus moi même, je ne me reconnais plus , je dois peser chaque mot , c’est usant
    je dois accepter d’eux des comportements que je n’accepterais même pas de ma propre fille
    c’est ca qui est difficile

  8. ChuppyLulu dit :

    Et bien, c’est fou de voir que dans chaque famille recomposée effectivement les mêmes soucis se répètent. Ici aussi, si j’ai le malheur d’être un peu critique / un peu dure à l’égard de BF, au mieux j’ai droit à une pseudo écoute de la part du père (mais ça rentre par une oreille et ça sort par l’autre), souvent je me prends dans la figure un sentencieux « tu verras quand tu seras maman » (maintenant c’est plutôt « tu verras quand notre fille aura le même âge » d’ailleurs), et encore trop souvent ça tourne au vinaigre et je passe pour la vilaine marâtre injuste jalouse de sa BF …
    Comme beaucoup aussi, j’ai compris que pour mon propre salut, il valait mieux que je ne m’implique pas … tout en trouvant des solutions pour ne pas trop ronger mon frein.
    Exemple : M. ne veut pas inculquer à sa fille les notions élémentaires de « le linge sale c’est dans le panier » « on ne sort pas 36 tenues par semaine » « on range son linge » ? Tant pis. Je ne lave que ce que je juge nécessaire, ce qui n’a été sorti qu’une fois est directement rerangé dans l’armoire par mes soins sans passer par la case lessive, et les affaires propres sont pliées et déposées dans l’escalier ou bien sur le lit de ma BF qui comprend toute seule qu’elle doit les ranger.
    Ca ne m’empêche pas d’être disponible pour ma BF, mais quand je n’ai pas envie, je n’ai pas envie. On est tous à la maison ma BF veut de l’aide pour un jeu vidéo je n’ai pas envie ? Je lui réponds d’aller voir son père. On m’impose un n-ième dessin animé le soir ? Je lis ou je fais autre chose en même temps. Et la petite ne s’en porte pas plus mal, au contraire, c’est même mieux, puisqu’étant moins contrariée au quotidien, je suis plus patiente, plus disponible en général !

  9. Michael dit :

    Moi, c’est pareil voila bientôt 7 ans que je suis marié avec ma nouvelle compagne, j’ai 3 enfants de mon précédent mariage et une petite de 4 ans de celui-ci. Mon BF a bientôt 15ans et il me fait vivre l’enfert !! ça plus de 5ans qu’il fait du mutisme avec moi, il ne me regarde jamais en face! une horreur, je sais pas du tout de qui lui est passé par la tête mais au quotidien ça devient insupportable, je suis à 2 doigts de faire mes valises !!!!

  10. Gigi75 dit :

    Rassurée de voir que ma situation et mes sentiments sont semblables aux autres, et consternée de voir que justement tout est identique. BM depuis 7 ans, je vis avec sa non acceptation de ma présence,, j’avais rencontré un ado de 16 ans avec un joli sourire et une « bonne tête », donc je ne me suis pas méfiée, j’ai fait ce qu’il fallait mais je me suis retrouvée au quotidien 24h sur 24, avec qqun d’ingéré et d’ingérable, menteur et manipulateur, bien loin du « pauvre-petit-garçon ». Pour avoir eu un autre BF qqes années auparavant, avec qui ça se passait bien, je sais que tous ne sont pas « comme ça » juste parce que les parents sont séparés.
    Tout est une question de personnalité, de valeurs, celles des parents et BP, comme celles des BE. Les signaux sont à mon avis là dès le départ, notre erreur est de ne pas y prêter suffisamment attention.
    A partir du moment où un parent décide de refaire sa vie avec une nouvelle compagne ou compagnon, les règles de vie devraient être posées qui soient acceptables pour tous, c’est trop facile de dire « c’est mon fils, je gère » pour avoir la paix, le refus de communication d’un BF est inacceptable.
    Bon courage à tous et toutes.

  11. banountes dit :

    Bonjour. Comme c’est rassurant de voir que l’on vit toutes les mêmes situations avec nos BF et comme c’est angoissant à la fois de voir qu’il n’y a peu d’issues et tant de souffrances intérieures…
    Pour ma part, il n’est pas méchant, juste ultra-dépendant, pré adolescent à l’âge ou on s’attend à devoir les retenir plus qu’à les inciter à voler avec leurs propres ailes. Sa mère est évidemment très présente, tellement que le portable chauffe toute la journée (SMS, appels), ultra invasive, pénible à souhait avec son père. Je la déteste objectivement.
    Lui, c’est un gamin immature, égo centré, parfois malpoli, indélicat, n’exprimant aucune envie, conditionné depuis de nombreuses années pour être le suiveur, voir le ‘toutou’ de sa mère, laquelle a refait sa vie… avec lui ! Alors évidemment à la maison, il nous colle sans arrêt jusqu’en soirée, tard…, colle nos enfants de pourtant 10 ans de moins, se nourrit de l’énergie des autres, tellement passif que ça fait de la peine. Une analogie : une sangsue !
    Il va sans dire qu’il bouffe mon espace vital. Je dois imposer des règles pour le respect de notre tranquillité, de notre intimité. Son père laisse courir, à quoi bon se fâcher et redresser la barre d’une éducation râtée, « il ne le voit que pour les vacances, comment pourrait-il être influent ? » Et quand je m’oppose, on se dispute sérieusement et là, j’ai envie de tout plaquer.
    Hé oui… Du père on pourrait voir un discours commun de père lâche en apparence, en fait terrorisé à l’idée de perdre l’amour de son premier enfant, dans une relation déjà tellement compromise par la méchanceté et le désir insatiable de vengeance d’une ex.
    Et moi dans tout ça, je le supporte, je le subis, sans lui trouver d’intérêt. Quand il arrive, je pense au moment ou il partira et attends que le temps s’écoule en rêvant d’une autre vie, un jour plus tard, quand il aura grandi et changé ou quand il nous laissera vivre – enfin – en harmonie.

    Parfois, je me dit que face à ce gamin qui m’horripile, je devrai confronter l’image d’un de nos enfants dans un état gravissime (maladie mortelle ou accident grave) et que là, les priorités seraient justement replacées tout de suite. Mais le « lâcher prise », je n’y arrive pas et je sais que ça m’abime, que ça nous abime. Je vais essayer la méthode qui vise à s’en ficher, si toutefois, je pouvais le voir différemment, ça nous aiderait.

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !