L’épineuse belle-mère – épisode 2

Chronique de Klea n°3 : Manipulation par la grand-mère, belle-famille hostile, et couple au bord de la rupture. La chronique d’une étape de vie plus que critique.

L’épineuse belle-mère – épisode 2

publié le 31 mai 2012 par klea
Bienvenue sur la chronique de Klea. Configuration familiale : belle-mère de 25 ans, Klea a 1 beau-fils de 6,5 ans, 1 fille de 1 an, 1 mari de 34 ans. Droit de visite sur mesure : 100% des "petites" vacances scolaires, 1 mois l'été. Chroniques de Klea, épisode 3.
  • Retrouvez les épisodes précédents en bas de page
  • À savoir pour éviter les confusions : pour Klea, la belle-mère, dite BM, c’est la mère de son mari. Elle-mêse désigne comme « marâtre », pas comme belle-mère.

 

Quand j’ai demandé à mon amoureux de mettre les choses au clair avec sa mère et de savoir s’il voulait vivre avec elle ou bien faire une famille recomposée avec moi, en m’incluant dans la vie de son fils et non en me donnant une place d’intruse, j’ai bien vu que je l’embêtais. Il ne voyait pas où était le problème, puisque sa mère était la grand-mère de son fils « quand même ». Oui, mais « quand même », j’étais devenue sa future femme et nous avions un projet de bébé.

Pourtant, je ne faisais pas le poids. Pas devant ma BM qui continuait son petit jeu de monter mon beau-fils contre moi. Pendant qu’elle le manipulait, le rejet de mon beau-fils était de plus en plus flagrant et j’étais de plus en plus une étrangère chez nous quand il venait en week-end ou pendant les vacances. A tel point que je ne me sentais de toute façon plus chez moi et que je n’avais qu’une envie : partir au travail très tôt et rentrer très tard. Ainsi, je m’arrangeais pour ne plus poser de week-end quand le fils de mon amoureux venait et pour avoir les journées les plus longues possibles pendant ses vacances chez nous.

Bien sûr, ça s’est retourné contre moi, puisque j’ai tout de suite été cataloguée comme « horrible marâtre » par ma BM.

Ma BM se considérait comme la vraie mère de son petit-fils, le fils divin qu’elle n’avait pas eu. Elle l’emmenait chez le coiffeur, chez le médecin (même et surtout quand il était en pleine forme ou juste pour un rhume, histoire de faire croire que la maman du petit était une mauvaise mère), ordonnait à mon amoureux d’acheter ceci ou cela et l’achetait elle-même s’il n’estimait pas l’achat indispensable.

Tout le monde autour d’elle s’inquiétait de sa petite névrose qui commençait à lui pourrir l’existence aussi puisqu’elle déprimait complètement à l’idée de laisser son petit-fils retourner chez sa véritable mère. Pour autant, personne ne lui disait rien ni ne me soutenait dans ma volonté de faire de mon mari et moi un couple repère dans la vie de mon beau-fils. Ma BM avait même réussi à monter mon beau-frère contre moi et était en train de faire de même avec ma belle-soeur.

Moi, j’étais sur le point de quitter mon amoureux, jeune fiancé et bientôt jeune papa.

Et c’est le soir où je lui ai dit que j’allais le quitter qu’il a pris conscience de l’état dans lequel j’étais. Il a envoyé promener sa mère, a expliqué qui j’étais à son fils, l’importance de notre couple et notre avenir commun. Je n’avais pas gagné et quelque chose s’était inévitablement rompu entre mon beau-fils et moi depuis les longs mois qu’il était manipulé, mais j’avais au moins marqué un point. J’avais aussi réalisé que mon amoureux futur mari tenait à ce « nous » auquel je tenais moi aussi plus que tout.

Quelques semaines plus tard, un trait rose sur un bâtonnet m’apprenait une toute jeune grossesse. Plus vite qu’on ne le pensait.

 

La suite dans la prochaine chronique de Klea…
Lire l’épisode précédent 

crédit photo © abcmariage

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !