Je suis belle-mère, et je ne l’assume pas

Si j’assumais une bonne fois pour toute, acceptant du même coup les aléas inhérents de cette situation, ne serais-je pas plus détendue dans la vie ?

Je suis belle-mère, et je ne l’assume pas

publié le 27 avril 2012 par BP Anonyme
C’est un truc auquel on n’est pas préparé. C’est même assez moche quand on le dit : « je suis belle-mère ». Belle. Mère. Au début j’avais songé m’auto-nommer « pretty-mama », je trouve que le changement serait avantageux, mais quelque chose me dit qu’il ne sera pas adopté, ni chez moi, ni dans notre société.

Je-suis-belle-mère

Je suis belle-mère, je suis belle-mère je suis belle-mère. Je peux le répéter 20 fois de suite il semblerait que je n’ai toujours pas compris, pas vraiment accepté. Et pourtant je ne rejette rien ni personne. Mais il faut bien le dire : souvent je n’assume pas.

Assumer : « Prendre sur soi: assumer ses responsabilités »

Je n’assume pas tout ce que cela implique. Au début c’était principalement parce que je ne savais pas, tout simplement, ce que cela impliquait. Je ne pouvais pas l’imaginer. Qui le pourrait ? Même les adultes qui ont eux-même, enfants, eu des beaux-parents, n’imaginent pas vraiment. Ils devinent peut-être plus, mais pas à quel point. À quel point on peut se sentir étranger chez soi. À quel point tous nos projets de vie sont dépendants de nos beaux-enfants, de leur existence, de leur vie et des choix de vie de leurs parents, en l’occurrence de leur autre parent aussi, celui avec lequel, non, on n’a pas choisi de vivre, l’ex.

L’ex qu’il faudrait être bien fort pour sortir vraiment, complètement de son cerveau, de nos cogitations, de nos vies. Non pas que j’en veuille à l’ex, je m’en fous pas mal pour tout dire, voire complètement. Je ne suis pas jalouse d’une histoire que je n’aurais pas voulu vivre, avec un homme qu’à l’époque je n’aurais pas voulu serrer dans mes bras, et je le dis sans l’ombre d’un doute. Non je ne lui en veux pas. Je vis mal en revanche la situation qui, de fait, parce qu’elle est ce qu’elle est, me fait subir ses choix de vie.

Déjà que trouver une harmonie à 2 ce n’est pas simple

Déjà que trouver une harmonie à 5 avec ses 3 enfants ce n’est pas évident, surtout ponctuellement. Je sais bien que c’est à nous, à lui, à moi, de faire le chemin de l’indépendance, de la confiance en soi, pour arriver à ce que les réflexions et les actes manqués (ou non) glissent sur nous, sur moi. Que cela ne me touche pas. C’est à moi d’arriver à cela. Mais c’est un fait, cela demande du temps, et de la force que l’on n’a pas tous les jours.

Faire le tri entre la vie, et la vie de belle-mère

Je suis belle-mère, j’ai rencontré un homme et ce jour-là (ou plutôt les suivants !) j’ai compris que j’avais attendu ça tout ma vie, lui, nous, ce truc qui vient ajouter du bonheur là où je croyais que j’étais déjà heureuse. Et je l’étais. Je le suis différemment aujourd’hui, de façon plus complète peut-être, même si pas linéaire. Des hauts, des bas, il y en a toujours. C’est ça la vie. Et c’est là une des difficultés je trouve en tant que belle-mère : comment différencier les moments difficiles « standards », communs à toutes et tous, de ceux directement liés à la foutue famille recomposée ?

N’ai-je pas tendance sans m’en rendre compte ni le vouloir à tout interpréter comme conséquence de mon contexte familial ? N’est-ce pas tout simplement la vie, l’amour, les épreuves et les obstacles d’une vie de couple, de l’amour un point c’est tout ? Si j’assumais une bonne fois pour toute, acceptant du même coup les aléas inhérents à cette situation, ne serais-je pas plus détendue dans la vie ? Comment y arriver puisque visiblement le décider ne suffit pas ?

 

crédit photo leftyasian/cc

18 Réponses

  1. Ninette dit :

    ce que tu as écrit prend aux tripes….car quelque part….par moment….des fois….mais pas toujours….je ressens pareil.
    Je l’ai attendu depuis tant d’année, ce bonheur, ce grand amour, ce big bang qui a révolutionné ma vie….que j’aurais aimé l’avoir vierge de tout…mais il ne serait plus lui….
    en fait c’est cela, c’est ce que tu écris….ne pas se sentir totalement chez soi, ne pas se sentir totalement libre, ne pas se sentir la seule femme….j’assume totalement je suis heureuse et je changerais ma vie pour rien au monde…mais parfois ça pèse un peu…et comme tout va bien, que je m’entend bien avec EX qu’avec les BE c’est le paradis…j’ai l’impression que pour le reste du monde « j’ai pas à me plaindre » que je devrais toujours tout accepter. Je crois que j’aimerais entendre plus souvent que OUI je suis une femme d’exeption…oui je peux paraitre un peu pompeuse….mais à part une autre BM…qui peut savoir ce que ça fait d’éléver l’enfant d’un autre, de vivre au rythme du couple-parental…de ne pas être LA SEULE l’UNIQUE….c’est une grande preuve d’amour … mais aussi une grande richesse de coeur…

    en te posant toute ses questions, en écrivant ce texte…tu avances sur ton chemin…vers ta paix…c’est bien de verbaliser tout ça, chapeau :!: !!!:
    Courage à toi, le chemin est parfois chaotique…mais beau
    et tu n’es pas seule !!! on est là

  2. aphrodite dit :

    En lisant vos articles, ma première réaction a été de penser « je ne suis pas la seule! ». Quand j’ai rencontré l’homme qui partage ma vie, je connaissais son histoire..mais je n’avais pas imaginé un seul instant à quel point ce serait difficile de partager ce quotidien. Mon « BF », est présent en garde alternée chez nous…Je ne trouve pas ma place ni de « BM » (je rejette ce titre) ni de compagne tant son ex est tout le temps présente.. C’est la mère de son enfant me dit-il quand elle appelle plusieurs fois par jour… Depuis j’ai eu moi_même un enfant, rien n’a changé, ou plutot tout a empiré. Rien ne nous rend, mon enfant et moi, aussi légitime que son fils.
    Je n’ai rencontré personne qui comprenne ce que je ressens. Pour tous c’est une question de temps, ça va s’arranger… Quand les relations avec l’ex sont médiocres, quand elle veut vous faire payer (à votre compagnon et à vous memes) aussi bien au sens propre qu’au figuré, que leur enfant entretient la haine de sa mère chez vous, comment les choses peuvent elles s’apaiser? Comment avoir une place pour moi et pour notre enfant?

  3. RENOU dit :

    Il en est de même pour moi…J’en ai marre de devoir organiser ma vie autour de son ex et son fils. J’ai aussi de mauvaises relations ac son ex qui a tout fait pour mettre notre couple en péril. Aujourd’hui moi aussi j’ai un fils avec lui et comme aphrodite parfois j’ai le sentiment de ne pas avoir autant d’importance et ça me tue lentement. Aphrodite qd vous parlez de légitimité c’est auprès de l’ex ou de votre mari? Je pourrais écrire un long roman mais déjà de lire que je ne suis pas la seule ça me remonte un peu le moral. Mais ce qui m’inquiète c’est que je n’ai pas vraiment l’impression qu’avec le temps cela change énormément….

  4. Ninette dit :

    oh si on comprend….vois tu je rentre de chez mes beaux-parents….il y a des photos de chéri et EX partout. Ex continue à aller déjeuner chez eux. On a même déjeuné tous ensemble pour le nouvel an. Oui c’est très bien pour le petit, pour les grand parents, même pour chéri…mais moi ? moi je me taie et je prends sur moi. Je subis, oui je subis pour que tout fonctionne, pour que personne se sente blaissé, mais qui pense à moi. je ne dis pas que je voudrais que ça change, je dis juste que c’est moi et moi seule qui me met en retrait qui ronge par moment mon frein, afin que la famille recomposée se passe à merveille. Et ça fonctionne j’en suis fière.
    Quand j’en parle avec chéri il me dit : c’est ainsi, je ne me mettrais pas EX a dos, si ça te convient pas c’est que tu n’es pas fait pour cette vie là
    Je trouve cela agressif…mais je le comprends EX lui a méné une vie infernal vis à vis des enfants de sa première union, sa première le maudit, alors je comprends qu’il veuille que tout se passe bien…mais moi, moi aussi j’ai mes plaies. Je n’ai pas d’amies là où je vis, je l’aime à fond.
    J’ai l’impression souvent qu’il aurait préféré être avec EX…vu qu’il fait tout pour la protéger elle.
    Vendredi soir pour son anniversaire nous avons dormi dans un plumarbre…j’ai publier des photos sur facebook….il m’a dit « pourquoi tu as besoin d’afficher ta vie ainsi ? », alors que lui il met bien ses photos de vacances, sans photo de moi pardis…il n’a même pas mis un commentaire, même pas un j’aime….et oui EX est amie facebook avec nous 2…il faudrait pas lui faire de mal !!! Zut, c’est elle qui est parti, j’y peux rien si elle a pas d’amoureux. Voilà, moi je ne peux pas vivre mon amour à fond….pour pas lui faire de mal, et pour pas que ça mette en péril leur amitié et donc la

  5. Ninette dit :

    et donc la garde alternée…j’ai l’impression de donner, donner donner….et pas recevoir…et quand j’en parle à chéri : c’est à prendre ou à laisser, tu as tout pour être heureuse, je t’aime, le petit t’adore, ça se passe bien avec EX…que demander de plus
    oui je crois que par moment ça me pèse tout cela
    et oui personne ou pas grand monde comprend…car dans la famille recomposée…c’est toujours la mère, le père et le petit qui souffrent….nous on compte pas…on doit être douce, compréhensive, à l’ écoute…bref soit gentille et taie toi

    je suis particulièrement énervée ce soir…mais prise de t^te avec chéri, plus le temps passe…plus on s’éloigne, moins il prend soin de moi….je me sens seule ce soir

  6. Ninette dit :

    …on s’est pris la tête car il écrit à EXN°1 et que je lui ai donné mon avis…qui n’est pas dans son sens….mais je m’occupe de sa fille comme si c’était la mienne, j’ai mon mot à dire…..je pleure dans mon bureau….il revient me faire un bisou….
    croyez vous que lorsqu’on est BM, on a besoin de plus d’attention ? on est moins tolérentes car on subis déjà beaucoup ?
    moi je crois que c’est cela, j’accepte moins de trucs qu’un couple normal accepte….car je prends déjà beaucoup sur moi pour que la famille recomposée fonctionne….
    mais je l’aime tellement, je me sens si bien avec lui…que je crois que je le voudrais pour moi seule, que j’aimerais vivre librement sans l’ombre de EX…surtout EXN°2….la N°1 elle est un démon qui a mise sa fille dehors….donc pardis….pas la bienvenue….
    Et oui pas facile d’aimer un homme papa….car qui dit papa….dit EX…dit autre femme que nous dans sa vie…

  7. aphrodite dit :

    Le problème, c’est que l’on a fait un choix à un moment donné…celui de partager la vie de ce papa.. Je me souviens à quel point je me sentais forte au début de notre relation… prete à tout! C’est moi qui apaisait les tensions entre père-fils et ex, je mettais du sens sur ce qu’il se passait, j’excusais les uns et les autres. Quand je suis tombée enceinte, tout a changé. J’ai eu besoin de plus d’attention… c’était mon premier enfant et je suis beaucoup plus jeune que lui. J’ai eu besoin qu’il soit là pour moi.. Dans le même coup, son fils qui a du se sentir « rejeté » a eu le même besoin. Mon conjoint n’a pas pu ou su contenter les deux. Il s’est occupé que de son fils qui m’a quant à lui fait subir des choses violentes pendant ma grossesse. Papa n’a pas voulu voir… Une semaine sur deux c’était l’enfer… ça fait plus d’un an et les tensions restent. Quand j’évoquais la légitimité dans mon autre post, c’est parce que dans ce couple père et fils il arrive que nous n’ayons plus d’existence, plus le droit d’être présents chez nous et dans leur vie à tous..

  8. klea dit :

    Je me retrouve dans certaines phrases. A titre purement personnel je me nomme marâtre et non belle-mère que je trouve mal à propos car il nomme aussi la mère de mon mari qui me déteste (et qui aime beaucoup l’ex de mon mari, justement, tiens donc). Ca m’a permis de me donner une place claire : je ne suis pas la mère de mon BF, je ne l’ai pas désiré, je ne suis pas sa mère de près ou de loin. Ce qui fait que tout ce qui est de l’ordre des responsabilités parentales ne me concernent pas. Chez moi, il a le devoir de respecter les règles de vie et chacune des personnes qui vit là, mais pour le reste il s’en remet à son père.

    Maintenant nous avons une fille. Notre fille est importante aux yeux de mon mari, mais elle comme moi disparaissons lorsque mon BF vient. Et comme il vient pour de longues périodes (15 jours mini) et que c’est toujours pendant les vacances donc pas de coupure en journée avec l’école, c’est limite insupportable. Mon mari ne s’en rendait pas compte et le niait quand je le lui ai dit. C’est normal, un parent ne reconnaît pas facilement qu’il fait des différences entre ses enfants ! C’est humain. J’ai donc décidé de le lui montrer en partant avec ma fille quand son fils est venu, et là il a un peu réalisé. Suite aux prochaines vacances ;-)

    Quant à l’ex, nos relations sont exécrables et nous serons à nouveau bientôt au tribunal contre elle. C’est une femme qui veut nous faire payer notre bonheur, nous ne nous laisserons pas faire.

    Pour ce qui est d’organiser sa vie en fonction de l’ex et de l’enfant, bon on n’a pas vraiment le choix. Moi par moment je lui dis « débrouille toi, je prévois ceci et cela et je me moque de savoir ce que tu as prévu », mais du coup c’est pas en couple… Mais c’est déjà une liberté que je ne m’autorisais pas à avoir au début et j’avais bien tort.

  9. lolanoah dit :

    Je suis récente sur ce blog et je me retrouve tellement dans vos histoires, à quelques détails près.
    J’ai lu hier soir et peut être serait – ce la voix de la sagesse pour accepter d’être la BM illégétime, mal aimée, moi je dis aussi fantome ( car c’est le sentiment que j’ai eu jusqu’à que l’ex interdise à sa fille de venir chez nous tant que j’y serai) qu’il n’ya pas de solutions la situation belles-filles/marâtre que nous connaissons est irréversible et qu’il faut faire son deuil de la famille recomposée. On déculpabilise et on passe à autre chose… Certes pas très optimiste mais à travers toutes les solutions que j’ai tentée, celle ci me parait la mieux, faut il encore pouvoir y arriver.
    J’en ai tellement marre de me battre contre des moulins à vents et à travers ma colère, je me pénalise mais je pénalise aussi mes enfants( légitimes eux!) et c’est ça qui me fait le plus mal.
    Mes 2 grossesses (la dernière est encore en cours) avec mon conjoint actuel, je peux le dire, ont été littéralement oubliées (par moi même aussi) et très stressantes. Ces moments qu’on voudraient heureux ne le sont pas, comme les projets immobiliers ou de vacances, car à chaque fois, il y a une ombre au tableau (toujours de la même source). Le temps n’arrange rien car l’ex ne changera jamais d’attitude quand elle est si aigrie et remplie de rancoeur.

  10. Cidelle dit :

    Encore une nouvelle qui se reconnait dans beaucoup de ces témoignages. De mon côté, pas de jalousie de l’ex, pas de préférence des beaux parents ( ou plutôt pour moi donc positif!) mais 4 BE qui me font aussi me sentir étrangère dans ma propre maison une semaine sur deux, une vie chamboulée au départ puis rythmée exclusivement sur la vie des BE et de l’Ex et du conjoint de l’ex, et de l’ex de l’ex…. C’est compliqué? Alors imaginez pour moi!!
    J’ai eu moi aussi un enfant depuis, il est très bien accepté par tout le monde ( son père l’adore, les BE aussi même s’il y a eu petite crise de la plus grande à l’annonce de la grossesse).
    Le problème est de trouver sa place, avoir une vie sociale , ( j’ai déménagé pour le suivre et je n’ai pas d’amies là où je vis), une vie tout court, faire des projets sans comme tu dis lolano « cette ombre au tableau » , et, pour moi l’ombre au tableau, c’est juste la présence de ces enfants que je n’arrive pas à aimer.

  11. Az16 dit :

    Accepter d’être une Belle Mère… aimer ses BE…

    Si je quittais mon Homme… est-ce que je ressentirais le besoin de garder le contact avec son enfant… d’avoir des nouvelles du petit qui finit son réveil dans mes bras, pour lequel je bondis toutes griffes dehors constatant qu’il est malmené par ses « copains », que j’emmène à l’école lors de la semaine du papa ou pour lequel je me mets en 4 pour aider le papa à déjouer les obstacles dressés par la mère… PAS SÛRE…

    Pourtant c’est vrai… un réel plaisir quand il se colle contre moi exigeant un câlin, quand il me ramène une fleur du jardin, quand on joue à pince-fesses ou quand ils nous déclare être content d’être chez nous… à chaque fois qu’il écorche mon nom me donnant ainsi un surnom propre à lui…

    Et d’ailleurs ça se ressent comment l’amour pour un enfant devenu dernier moyen de pression d’une femme folle contre l’Homme qu’on aime ? …

    En bientôt 2 ans, les étapes ont été nombreuses : j’ai été imposée par le papa, on s’est observé, accepté, habitué, respecté… pour finir par une vraie relation propre à nous 2…

    Est-ce que c’est de l’amour… probablement pas… en tout cas pas l’amour entre un enfant et sa mère… quelque chose de différent et probablement plus fort car pas naturel : un attachement construit malgré les interdits maternels…

  12. Cidelle dit :

    @Az16 : je t’envie, moi, si je quittais mon homme (loin de moi cette idée!…), je ne ressentirais pas le besoin de garder le contact avec ses enfants. Peut-être juste comme ça, savoir ce qu’ils deviennent, comme les enfants d’amis qu’on ne voit plus parce qu’ils sont loin. J’ai ressenti ce plaisir devant un bisou ou une demande de calin les premiers mois avec les petit qui avait à peine 3 ans, maintenant il en a 7 , on se fait un bisou pour se dire bonjour et au revoir et ce sont les seuls contacts que nous avons. En plus j’ai un fils à moi maintenant, et tout mon amour va vers lui. Ce qui est normal, car je suis sa maman.
    Bref, j’envie ta relation car la vie serait plus simple, mais cela ne me manque pas.

  13. virginie dit :

    Bonjour , je suis nouvelle sur ce site et ouf! Je m’aperçois que je ne suis pas seule : pas seule dans mes ressentiments envers mes BE, envers la culpabilité qui me ronge parfois de n’être pas comme il faudrait, pas seule non plus à être dans la colère : celle de ne pas accepter ses enfants, ou plutôt sa fille de 13 ans qui est d’une léthargie impressionnante et ne prend aucune initiative, celle aussi de voir que ça ne le touche qu’à demi, que ça n’est pas vraiment son problème finalement, et moi de me demander un jour sur deux si oui ou non j’ai envie qu’un bébé arrive. J’en ai très envie mais j’ai besoin qu’il soit reconnu ce bébé, pas qu’il arrive comme un cheveu sur la soupe, qu’il compte moins que les autres enfants. Peur aussi, car nos éducations diffèrent et que les choses qui me paraissent importantes le laissent un peu froid parfois ( manger la bouche fermée, se tenir correctement à table…). Du coup, je me sens pas vraiment bien chez moi, je me sens chez eux plus que chez moi. Je me demande si je suis prête à vivre ce statut de belle-mère, je me culpabilise de ne pas ressentir grand chose envers ses enfants, et d’en avoir assez que ma vie dépende de la leur : obligée de rester dans la même ville que leur mère car garde alternée. Lui n’a pas vraiment besoin de temps à deux contrairement à moi, et souvent il case ses réunions la semaine où ses enfants ne sont pas là, du coup, la semaine d’après : j’ai pas mal de soirées seule. Je ne me sens pas légitime en fait.
    Je ne supporte pas sa fille, elle est comme une moule à la maison, ne prend aucune initiative d’elle même , il faut tout lui dire : lave-toi les dents, prend une douche, comme à une gamine de 5 ans, j’ai vraiment du mal !!!!! Bon j’arrête de me plaindre, ça m’a fait du bien de voir et savoir que ce statut de belle-mère n’est pas forcément bien vécu par toutes. En tous cas, merci de votre attention et à bientôt.

  14. olimado dit :

    Cela me fait tellement de bien de lire vos commentaires, moi qui culpabilise sans cesse de ne pas etre la BM ideale, celle qui aime son beau-fils comme s’il etait le sien, qui comprend, qui s’adapte…Moi aussi je craque des fois devant cette vie que je ne maitrise pas. Un week-end sur deux, la moitie des vacances scolaires qui ne m’appartiennent pas…Impossible de planifier un voyage sans l’aval de Madame Ex, marcher sur des oeufs pour tout, tout le temps. Mon cheri et moi nous marions en aout, et vivons depuis l’annonce des fiancailles les montagnes russes des reactions de mon BF: un coup il est ravi (et nous aussi, du coup), l’autre jour il ne veut carrement plus etre present le jour J, le surlendemain, il te demande de lui acheter un costume pour la ceremonie…C’est a n’y rien comprendre…Et le sempiternel refrain du « Tu peux pas comprendre, t’es pas maman » quand je rechigne a rentrer a 22h d’un diner avec des amis pour coucher BF…quand je voudrais sortir diner au resto mais qu’on y renonce car le petit ne sait pas se tenir a table…quand on passe les dimanches pluvieux devant Gulli…Etre BM quand on ne voulait deja meme pas etre maman, c’est comme avoir le pire d’une situation (les caprices, les « t’es pas ma mere », les engueulades avec Cheri concernant le petit…) sans les avantages (les calins, les bisous, les « Je t’aime Maman »…). Et cette EX qui croit toujours pouvoir donner son avis sur tout, avoir un droit de regard sur notre vie…Je sature, parfois…Comme l’a dit l’une de vous, j’aurais aussi voulu que le BIG LOVE, celui que j’attendais depuis toujours, arrive comme une page blanche…

  15. virginie dit :

    C’est exactement ce que je ressens : s’adapter , accepter, s’installer ailleurs où les amis ne sont plus. Et là : mais c’est normal, tu le savais et patati et patata. Le conjoint se protège, continue sa petite vie peinard, protège ses enfants, et nous dans tout ça? On est où? QUi prend soin de nous? Qui nous dit : c’est chouette tout ce que tu as fait! J’apprécie! Au lieu de : « c’est normal » et « ça sera tjs comme ça »? Tout ça me rend triste et en colère. Comme toi, moi aussi j’aurais eu envie d’une page blanche, à écrire à deux…..

  16. idalia21 dit :

    cet article me fais un bien fou : je ne suis pas seule!!!!
    enfin ce grand amour, ce bonheur que l’on n’osait même pas imaginer de rencontrer LA personne parfaite, sa moitié!!!
    puis se rendre compte que pour pouvoir être avec le seul être que l’on se sent capable d’aimer il va falloir accepter ces 3 enfants, qui sont la marque d’un bonheur passé avec une autre… accepter que toute notre vie, elle fera partie intégrante de notre couple à travers les enfants.
    je n’en veut pas aux enfants d’exister et je crois même que je commence à les aimer mais… parfois je leur en veux d’être venus au monde!
    que les projets à 2 sont quasis impossible puisque nous seront jamais vraiment 2. Que les vacances leur sont consacrées et que comme la majorités des gens aujourd’hui il ne dispose que de 5 semaines annuelles… donc c’est déjà compliqué de réussir à avoir des dispo pour les vacances scolaires avec eux, alors pour nous 2….
    que notre vie ne sera qu’un recommencement pour lui alors que moi j’ai tout à découvrir… même si je sais pertinemment que 11 ans plus tôt, quand il l’a rencontré je ne me serais même pas retournée sur lui, je me demande tout le temps pourquoi il ne m’a pas attendu (je sais… c’est stupide mais… c’est comme ça)

    bref merci de me permettre de me sentir moins seule et un peu moins incomprise :-)

  17. Popette08 dit :

    Que rajouter de plus? Vous avez tout dit, résumé tout ce que je ressens…
    Ce qui me rend vraiment dingue dans ma situation, c’est que mon homme ne veut plus d’enfant (et n’en a jamais voulu).
    Sa fille lui a été imposée par Mme Ex. Et une fois la gamine née, Mme Ex rejetait sa fille et c’est mon homme qui s’est coltiné tout pendant que Mme sortait faire la fête, revenait bourrée, et prenait à peine la peine de prendre sa fille dans ses bras. Un peu avant les 2 ans de la gamine, ils se sont séparés. Depuis, Mme s’est sentie mère et mon homme a à peine le droit d’éduquer sa fille (alors que Mme Ex, soit dit en passant, s’y prend vraiment comme un pied, la gamine a 10 ans maintenant, et ne sait tjs pas dire merci sans qu’on le lui réclame…).
    Du coup, dans tout ça, mon homme pas très friand à l’idée d’être père au démarrage, s’étant retrouvé à gérer un bébé tout seul, puis ensuite avoir juste le droit de faire des chèques et fermer sa gueule, vous comprendrez (même moi j’imgaine bien) qu’il a fait une croix sur le fait d’avoir des enfants.
    Du coup, moi j’arrive, et à cause de cette Mme Ex qui est passé avant moi, qu’il faut que j’accepte dans ma vie, je n’aurai pas droit de faire ma vie à moi…
    J’ai suivi chéri dans sa ville car Mme Ex habite là et pour voir la gamine, ben faut pas déménager (déjà qu’il ne la voit pas beaucoup, donc s’il rajoute une distance, Mme Ex est foutu de s’en servir pour qu’il l’a voit moins encore).
    Je suis dons dans une ville que je déteste, où je n’ai pas d’amis, où je fais un travail qui ne me plait pas et n’a rien à voir avec ce que je souhaitais faire (pas de boulot, un loyer à payer, la première offre qui me prend!) pour au final peut-être partir de cette ville et cette région quand la gamine sera grande et n’aura plus besoin de papa (donc dans 10 ans) et a priori pour ne pas avoir ma part de bonheur en tant que mère et toujours avoir cette autre femme, cette Ex dans ma vie !!!
    Ca m’étouffe !
    Et je ne sais pas quitter mon homme, car je l’aime. Je suis malheureuse dans cette vie, mais je ne me vois pas vivre sans lui… Comment fait-on dans ces cas-là? Si vous aviez une solution…

  18. idalia21 dit :

    Malheureusement je crois qu’il n’y a pas d’autre solution que de partir… et comme on les aime nos chéris ben c’est pas possible.
    Pour ma part il est mon premier et seul grand amour. Il est un mari extraordinaire, attentif envers moi et sensible à ce que je peux ressentir. Mais plusieurs fois je me suis demandée, est-ce que c’est de cette vie que j’ai envie? Est-ce que je supporterais leur présence encore longtemps?
    Je n’ai pas trop à me plaindre on ne les a qu’un we sur et pendant les vacances scolaire mais c’est déjà trop. ça fait 1 semaine qu’ils sont à la maison, je n’ai pas prit de vacances car quand ils sont là pour moi c’est tout sauf des vacances. Le soir je me traine pour rentrer car pas envie de les voir… Quand j’arrive je fais la gueule a mon homme mais je ne sais pas pourquoi… Peut-être simplement parce que ce sont ces enfants et que c’est de SA faute s’ils me bouffent la vie, c’est lui qui les a fait!

    et il y a d’autre moments ou ça va mieux, ou j’arrive à avoir un peu de patience et ou je me dis que c’est pas si terrible que ça quand ils sont là, que j’aime passer du temps avec eux… Mais ces moment ne sont que de courte durée.

    Alors que d’habitude je n’ai qu’une seule envie, rentrer chez moi retrouver mon homme.
    Puis quand ils s’en vont je retrouve ma vie « normale » et envisager de passer ma vie sans lui m’arrache le cœur. Alors je prends sur moi, j’essaie d’être le plus agréable possible quand ils sont là, je prétexte des maux de tête ou grosse fatigue pour cacher mon mal être, même s’il sait parfaitement ce que j’ai…

    Bref pas facile mais bon, je l’aime et je ne verrais pas ma vie avec un autre… donc je me dis qu’avec le temps ça passera surement. Enfin j’espère!

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !