J’ai un (beau-)fils

Première chronique de Klea : débuts de jeune belle-mère…

J’ai un (beau-)fils

publié le 19 avril 2012 par klea
Bienvenue sur la chronique de Klea. Configuration familiale : belle-mère de 25 ans, Klea a 1 beau-fils de 6,5 ans, 1 fille de 1 an, 1 mari de 34 ans. Droit de visite sur mesure : 100% des "petites" vacances scolaires, 1 mois l'été. L'épisode qui suit est le tout premier de ses aventures de belle-mère. Chroniques de Klea, épisode 1, clap !

« Au début, avec mon amoureux de huit ans et demi de plus que moi, on se voyait toujours à deux. C’était déjà compliqué de trouver un moment où nous étions disponibles en même temps, alors on ne voulait pas encore plus se compliquer la vie. On allait au cinéma, au restaurant, boire un verre. Même chez lui on était toujours uniquement tous les deux. On vivait notre couple, on construisait notre relation en essayant de ne pas brûler les étapes.

Son fils, il ne le prenait de toute façon quasiment jamais. Il avait pourtant conclu d’un droit de garde classique (un week-end sur deux, la moitié des vacances) avec son ex dont il n’était pas encore divorcé officiellement (les papiers, les avocats, les tribunaux…). Mais il travaillait un week-end sur deux et parfois ça tombait quand son fils devait être chez lui ou bien il allait à un match de foot à plus de deux heures de route et partait en bus le samedi en début d’après-midi pour ne rentrer que dans la nuit. Du coup, son fils se retrouvait « chez mamie ».

Un peu plus tard, je me suis installée chez mon amoureux. Il y avait une chambre très fournie pour son fils, et j’ai fait remarquer qu’il ne devait pas beaucoup la voir. Je ne trouvais pas ça très responsable pour un père de confier son morveux à ses parents chaque fois qu’il avait le droit de le voir. Je le lui ai dit et il a décidé de changer. Son fils irait moins « chez mamie » mais comme « mamie » lui avait offert son abonnement au club de supporters de foot, il n’allait quand même pas arrêter avant la fin de la saison. « Il ne reste que six matchs ! » Qui, tous, tombaient sur un week-end de son fils.

Plutôt que de changer ses week-ends en s’arrangeant avec son ex, mon amoureux a décidé de me confier le petit d’alors 3 ans et demi quand il partait au match. J’étais certes jeunette, 22 ans, mais j’avais élevé ma petite soeur et toutes les fois où nous avions été trois, il trouvait que son fils m’appréciait.

Sauf que moi aussi, je travaillais un week-end sur deux. Dans mon entreprise, j’étais « célibataire sans enfant », donc je ne choisissais pas mes week-ends. Alors j’ai dû mentir. Mentir par omission. Un jour, en demandant mes week-ends pour les deux mois suivants, j’ai balbutié un « c’est pour mon b’fils ». J’avais juste oublié d’articuler « beau ». Dès lors, j’ai obtenu quasiment tout le temps les deux week-ends que je demandais chaque mois. Pendant que mon amoureux travaillait – afin de conserver ses repos pour un match ou pour une sortie à deux – ou hurlait sur l’arbitre du stade, je gérais son morveux à l’âge où ils sont malades toutes les semaines, ne mangent ni ne boivent proprement, ne rangent pas leur chambre, réclament « mamaaan ».

C’est vrai, son fils ne m’obéissait pas, n’était pas très poli, pas élevé comme je l’aurais voulu. Mais je lui trouvais l’excuse de l’âge, du divorce, de la nouvelle situation de son père. Et ces moments à deux étaient aussi le moyen de tisser des liens privilégiés. Nous faisions des gâteaux tous les deux, nous dessinions, regardions des dessins animés, je lui donnais son bain, je lui lisais une histoire avant de le coucher… Il était plutôt câlin et pas du tout hostile à ma présence, même s’il était impatient de retrouver sa mère.

Pour mon amoureux, la situation était idyllique. Moi, je ne me posais pas de question. Un peu naïve et candide, je pensais que tout serait toujours facile et je m’engageais dans mon amour en assumant, comme on l’exigeait de moi, d’être tombée amoureuse d’un homme déjà père. »

La suite dans la prochaine chronique de Klea…

crédit photo © abcmariage

13 Réponses

  1. Ninette dit :

    Un plaisir à lire…merci pour cette chronique.
    J’ai l’impression de lire un peu mon histoire….
    vivement la suite !!!

  2. RENOU dit :

    Moi je vous admire…car pour moi ça reste son fils et s’il vient c’est pour être ac son papa et non avec moi. Je ne vois pas prq je gérerais tout, msr a choisi la GA qu’il assume…Bon mon discours est surement dur mais il refléte aussi bcp les très mauvaises relations qu’on a eu avec Mme EX…

    • klea dit :

      Je comprends parfaitement.
      Désormais, c’est comme ça que ça se passe chez nous. Mon BF vient voir son père, pas moi, donc son père gère. Mais au début d’une relation on se laisse parfois avoir…

  3. Ninette dit :

    le fait que Chéri aille courir chaque samedi matin, m’a permis de créer des liens avec Bfils.
    Je me retrouve dans tes mots.
    c’est notre rituel. Quand papa va run le matin : on petit déjeune sur la table basse devant la TV (interdit les autres jours…), on fait des activités manuelles.
    RENOU : ton discours n’est pas dur, c’est ta manière à toi de te protéger, je pense que c’est la manière dont tu as trouvé de réagir pour pas péter un plomb.
    j’espère que tu ne souffres pas trop et que tu trouves ton compte dans cette histoire…qui est la tienne…on ne peut pas juger…personne est à notre place.
    On est là si tu as besoin de débattre, parler, rigoler.

    • klea dit :

      Il reste toujours des moments privilégiés à créer avec ses BE sans pour autant devoir s’en occuper à la place du parent ;-)

  4. jojo dit :

    Je me suis toujours beaucoup occupée de mon BF depuis que je le connais (il avait 15 mois).

    Depuis un an, mon homme a ouvert un commerce donc il bosse tous les samedis et le soir jusqu’à 19h30/20h.

    Le choix était vite fait: On ne se voyait pas ne plus voir BF en semaine, et ça semblait impossible de couper les we en deux à savoir Samedi chez maman, Dimanche chez papa.

    Résultat: on s’est organisé pour continuer à le voir quand même mais du coup je m’en occupe beaucoup et notamment un samedi sur deux de 13h30 à 19h30 .

    Je ne vis pas cela comme un sacrifice parce que nous nous entendons bien et nous faisons pleins de choses tous les deux même si parfois je voudrai juste faire une sieste !!
    et c’est ma façon à moi de soutenir mon homme dans son projet.

    • klea dit :

      Quand mon mari ne pouvait absolument pas être en repos lors des week-ends de garde, il n’y avait aucun souci pour que je prenne le relais (ça voulait généralement dire le samedi de 8h au coucher du petit + éventuellement la nuit s’il se réveillait et le dimanche de 9h à 19h). C’est différent, je trouve, quand c’est le choix d’aller au foot plutôt que de voir son fils.

  5. elo dit :

    Ninette: J’ai modifié mon pseudo je ne suis plus RENOU mais elo. Je vous remercie pour votre réponse à mon commentaire. Je souffre dans cette histoire malheureusement alors que j’aimerai trouver l’harmonie. Mon chéri m’a posé une sorte d’ultimatum…Si je fais pas d’effort ac son fils on devra se séparer…ça me tue car on a un enfant ensemble mais pr son fils il plaquerait tout moi je le vis comme ça…Je sais qu’il souffre lui aussi de la situation (mon homme). Sa c’est tellement mal passé avec son ex qu’il m’est difficile aujourd’hui de penser à l’avenir et pas au passé…Car s’il n’avait pas été là on serai parti loin de sa folie…je sais que ce ptit lou n’y est pour rien. Surtout que lorqu’ils l’ont fait ça n’allait plus
    même ma belle mère m’a dit un jour qu’ils n’auraient pas du avr d’enfant (elle adore son petit fils) et qu’elle n’a jms compris le couple qu’ils étaient. Moi j’ai bcp de clés de leurs histoire et je crois que ça me détruit encore plus car je ne comprend pas…Je vais essayer d’aller de l’avant, d’être positive parsque mon chéri je l’aime et je veux une vrai famille pour notre fils. En tout cas ça fait du bien de ne pas se sentir juger. Car je crois que la prochaine personne qui me dira  » tu le savais qd tu t’es mis en couple… »  » c’est normal c’est la famille recomposée, c’est son fils c’est la mère de son ex…… » je lui explose à la figure!!!! Non on ne sait pas comment pt on savoir quelque chose qu’on a jamais connu???? Il m’agace ces gens qui penseraient mieux faire que nous dans la même situation….Bref bon après midi à vous. Et à bientôt

    • klea dit :

      Oh moi je leur ai explosé à la figure les gens qui disaient « tu le savais avant, tu as pris le paquet complet et pas juste l’homme ! » NON, je maintiens qu’on ne peut jamais savoir avant ! Chaque personne est différente, nos hommes se comportent aussi parfois différemment en présence ou en l’absence de leurs enfants, ils changent de comportement quand ils sentent la relation installée, leurs enfants se comportent parfois aussi différemment en présence ou non de quelqu’un de leur famille « de sang » et ils changent évidemment comme chaque enfant de comportement en grandissant. NON on ne peut jamais savoir et OUI on a le droit de ne pas être satisfaites, de vouloir remettre les choses à plat et les points sur les i.
      Je ne te juge pas car on a traversé de grandes difficultés récemment et elles ne sont peut-être pas encore réglées… et les relations avec son fils en font partie. C’est tellement dur d’être la femme du père !

  6. jojo dit :

    courage Elo !

    Moi je comprend ton positionnement. Quand BF est la, je ne vois pas pourquoi mon homme sortirait et nous laisserait, même si on dort tous les deux avec BF. Idem si il veut faire quelque chose d »agréable » en journée quand BF est la..on le voit déjà tellement peu..alors quand il est la, c’est à son père de s’en occuper…et si il veut sortir, il a beaucoup d’autres jours ou il le peut (quand il n’est pas pris par son activité pro, voir mon commentaire ci dessus).
    Ne serait-ce que pour des raisons « légales »..si il arrive un truc à BF, je n’ai aucun droit sur lui…alors si en plus mon homme est injoignable cause « musique trop forte pendant un concert »..ça craint ;)

    C’est plus facile à dire qu’à faire mais essaye d’aller de l’avant !

    Nous, on a décidé d’aller voir un psy de couple tellement cette situation devenait insoutenable et on arrêtait pas de s’engueuler à cause de l’ex ou du fils…

    on est à une place vraiment pas simple, non reconnue. l’homme aussi est dans une place compliquée : au milieu de.

    alors quand ça devient trop compliqué il faut pas hésiter: conseiller conjugal ou psy de couple..
    ce n’est que mon humble avis.

    En tout cas, bon courage !!!

  7. Elithan dit :

    Tient! Je l’ai déjà eu aussi cette phrase idiote  » tu as pris l’homme et les enfants avec!  » facile à dire oui. Évidemment j’aime mon mari, évidemment je fais des efforts mais rien n’est naturel. Une fois sur un forum, j’ai exprimé mais difficultés à aimer les b-enfants comme j’aime les miens…je me suis faite traiter comme quoi j’étais dur parce que mes b- enfants n’y sont pour rien ( je ne suis pas une méchante, juste que je n’ai pas de sentiments explosifs). J’ai trouvé ça tellement injuste. Justement je m’occupe de mes b- enfants parce que je n’ai pas le choix, que mon,mari n’est pas là, que leur mère les a abandonné. Parfois c’est dur pour le couple…on s’aime mais j’ai déjà pensé tout lâcher. Courage mesdames. Nous ne sommes pas seules.

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !