« Mon âme de femme en a pris un coup »

Premières vacances recompo loin de la maison : la vie en vase clos où tout est démultiplié.

« Mon âme de femme en a pris un coup »

publié le 1 mars 2012 par BP Anonyme
Titi, âgé de 7 ans, vit avec son papa et moi une semaine sur 2. Tout se passe à merveille entre nous 3, et je dirais même « nous 4 » avec Maman (avec qui je fais des sorties régulièrement). Autant dire que tout va bien. Côté vacances, nous en avions déjà passé tous les 3 à la maison, et tout s’était très bien déroulé. Et puis nous sommes partis au ski. Je pensais naïvement que tout serait comme une semaine normale avec Titi. Mais l’expérience n’a pas été aussi heureuse…

Très vite, j’ai déchanté. Au ski, c’est la vie en vase clos et tout est démultiplié. Toutes ces petites choses qui au quotidien nous irritent mais qu’on laisse passer, là, elles nous agacent, et on ne peut pas y échapper. On va dire qu’en vacances, on n’a pas le temps de vider le pot d’eau, et parfois il devient très dur de ne pas le renverser. Par exemple, la différence d’éducation entre celle des parents et la nôtre… En mode « normal », je vis avec et j’applique en partie leurs principes. J’arrive à prendre du recul et à me taire face aux comportements qui m’irritent. Mais en mode vacances, visiblement je n’ai pas été aussi tolérante.

Ensuite, je me suis heurtée à des contrariétés que je n’ai pas anticipées. Le ski, c’est dangereux, alors il faut rassurer Maman. Sms par ci, sms par là… Rapidement, même si je l’aime bien, et même si ce ne sont que des « sms de parent », j’ai eu l’impression de passer mes vacances avec elle ! Et puis, Titi, ce n’est pas mon enfant. Alors au bout d’un moment, m’extasier devant chacune de ses « performances », je n’en pouvais plus !
Je me suis entendu penser « plus jamais de vacances à 3 », tellement je me sentais mal.

Heureusement qu’il y avait les 3h de cours à l’ ESF où Titi n’était pas là. C’était mon moment pour profiter de chéri et prendre du temps pour moi. Il y a aussi la luge pour que Titi passe du temps en tête à tête avec son papa (essentiel et je me fais un point d’honneur à ce que ces moments ponctuent nos semaines). Et pour moi, une seconde occasion d’être seule avec moi-même.

Bien sûr, il y a eu de très bons moments complices. Concrètement, tout s’est bien passé, même très bien. Mais ma vie de belle-mère m’a rattrapée par surprise, et mon âme de femme en a pris un coup. J’ai surtout appris que je devais mettre en place un mode « vacances hors de la maison » dans ma boîte à outils de belle-mère…

 

 

Crédit photo chrisdury/cc

Poster un commentaire

Enregistrez-vous en quelques secondes sur BeauxParents.fr pour poster un commentaire ou connectez-vous avec votre compte !